Le Front Commun a tenu un grand rassemblement hier après-midi au Jardin Botanique de Pamplemousses pour évoquer la dégradation de notre Patrimoine. Georges Ah Yan n’a pas été tendre lors de son intervention et a de nouveau réclamé la démission du board. « Zardin finn degrade. Plis ki Rs 350 milion inn investi ek se enn la ont. Nou enn patriot nou leker fermal, nou finn rasanble isi pou demann demision Board. Parski nou rol se defann lanvironma ek nou bizin desann lor koltar pou defann Pamplemousses. »
Un sentiment de révolte anime Georges Ah Yan quand il relate l’anecdote suivante : « Premie minis Lasin kan ti an vizit dan Moris ti dir ki li pa ti kone kot Moris sitie me kot Jardin de Pamplemousses, li ti kapav plas non Moris. Zordi sa mem zardin de repitasyon mondial, classé cinquième jardin botanique dans le monde fer nou la ont. Il n’y a plus de bassin de nénuphars, les arbres de 150 ans sont attaqués par des mites. Gilles Clément disait qu’il fallait un botaniste pour gérer un jardin. Mo kestyon kot sa kas zardin-la fine ale ? »
Georges Ah Yan qualifie de scandaleux le renvoi de Chetanand Ramgoolam, Chief Executive Officer du SSR. Pour lui, les personnes à blâmer pour l’état de dégradation du Jardin des Pamplemousses devraient être les membres du board : Ashvin Moonaram, Chairman SSRBG Trust, Landscaping Architect ; Manichchand Puttoo, directeur national des parcs et des services de conservation ; Poorushotam Gujadhur, Senior Tourism Planner ; Jayrag Peeroo, Principal Assistant Secretary au ministère de l’Environnement ; Vinah Ganoo, directrice de Flora marketing & Co. Ltd ; Suresh Jogandranath Awotar, directeur de Eco Landscape ; Kawol Dhananjay, Principal Assistant Secretary Representative au ministère de l’Agro-industrie ; Owen Griffiths, Bioculture Mts. Ltd, La Vanille Crocodile ; Premchand Boojhawon, President Human Service Trust. « C’est ce board qui aurait dû démissionner et il est inadmissible d’imputer la faute à Chetanand Ramgoolam pour la dégradation du Jardin alors qu’il y a Rs 350 millions qui ont été injectées dans ce projet. Nef dimoun-la bizin demisione. » Vela Gounden, un des intervenants, a lancé : « Inn met enn board Jardin Pamplemousses, si pa kapav zere lev pake ale. » Il encourage tous les Mauriciens à se mobiliser et à se battre pour que le Jardin de Pamplemousses retrouve ses couleurs et son rayonnement d’antan.