ANNE-LISE BUGWONDEEN

Nous entendons souvent dire que la jeunesse d’aujourd’hui n’est pas comme celle d’avant. L’une des raisons majeures que l’on évoque est l’ampleur de la technologie dans notre société actuelle. Prenons par exemple les réseaux sociaux : d’année en année, nous entendons parler de l’existence d’une nouvelle application, ce qui rattache davantage les jeunes à la technologie. Il est vrai que certains n’utilisent pas ces canaux de communication à bon escient; photos ou vidéos compromettantes ou encore des règlements de comptes accompagnés d’une pluie d’insultes.

Toutefois, l’on ne peut toujours associer la jeunesse à la technologie. La jeunesse, c’est également une bouffée d’air frais et une grande ouverture d’esprit. Elle est tolérante envers les différences qui existent dans la société. Elle assume ses opinions et ses choix sans trop se soucier du « qu’en-dira-t-on ? ». En tant que future enseignante, j’ai eu l’occasion de travailler avec des jeunes de différents âges lors de mon stage dans un collège. Cela m’a permis de constater à quel point beaucoup de jeunes ne se sentaient pas compris et avaient l’impression d’être constamment jugés ou pointés du doigt par leurs aînés. En tant que jeune, moi-même, je partage leur avis et je peux dire avoir déjà vécu ce sentiment.

Les jeunes ont envie d’apporter du changement, d’avoir un peu plus de considération auprès des plus grands, d’être plus valorisés que critiqués. N’empêche que l’on met en avant plus le côté négatif de la jeunesse que le positif. Il existe aussi des adultes qui ont du mal à passer le flambeau aux jeunes; ceux qui pensent que ces derniers ne seront pas à la hauteur de leur espérance. Par ailleurs, comme le dit si bien José Rizal, poète philippin, « la jeunesse est l’espoir de notre avenir ». Il faudrait cesser ces stéréotypes envers la jeune génération car, croyez-moi, nous avons beaucoup à apprendre d’eux.

Beaucoup de jeunes aujourd’hui s’investissent et s’engagent dans des associations, des travaux sociaux, des groupes pour la protection de l’environnement. Certains donnent aussi beaucoup de leur temps pour récolter des fonds pour des causes spécifiques, d’autres participent à des activités telles la marche contre la drogue et le SIDA. Voici une citation de Larry Clark qui vient contredire la première phrase de cet article : « Chaque génération doit faire face à ses propres problèmes. De ce point de vue, je ne pense pas que la jeunesse d’aujourd’hui soit si différente de celle d’avant. »  Je terminerai par le message que je souhaite faire passer aux jeunes : continuez de persévérer et de vous battre afin de contribuer à un changement positif dans notre société et apportez-y une touche de modernité !