Il existe des possibilités que Natacha Rigobert soit le porte-drapeau de la délégation mauricienne lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres.
Cette possibilité a été évoquée par Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM), et le sujet sera débattu par les membres du comité directeur de cet organisme demain matin. La décision finale sera avalisée au cours de l’assemblée générale annuelle prévue en fin d’après-midi.
Pour Philippe Hao Thyn Voon, Natacha Rigobert, spécialiste de beach volley, réunit les qualités requises pour assumer ce rôle. « Elle est de grande taille, imposante et a toujours fait montre de détermination dans ce qu’elle entreprend, notamment dans sa quête de qualification olympique. » Toutefois, le président du COM, qui revient d’un séjour à Singapour ce soir, a tenu à préciser que cela ne constitue que son opinion personnelle et que la décision finale reviendra aux membres de son comité directeur.
Reste que si ce choix est avalisé, Natacha Rigobert deviendra la toute première sportive mauricienne à qui ce rôle sera confié lors d’une édition des Jeux Olympiques. Elle qui avait acquis sa qualification pour le rendez-vous de Londres à travers une première place obtenue lors du tournoi continental tenu au Rwanda le mois dernier en compagnie de sa partenaire Elodie Li Yuk Lo. Deux joueuses qui avaient caressé ce rêve depuis déjà quatre ans et qui ont pu atteindre leur objectif contre vents et marées.
Outre le beach-volley, Natacha Rigobert, qui se trouve actuellement à Rome dans le cadre du Smart Grand Slam, avait également pratiqué le volley-ball en salle. À son palmarès figurent un titre de championne d’Afrique juniors acquis en Égypte en 1997, une participation aux championnats du monde de la catégorie en Pologne et une médaille de bronze aux Jeux des îles de 2003 à Maurice.
Au niveau local, elle a fait son apprentissage au Centre National de Formation et à Maurice Espoirs avant de se joindre aux Vallijee Citizens. Par la suite, elle avait mis le cap sur la France pour ses études tertiaires et avait également défendu les couleurs d’une équipe niçoise.
Pour rappel, le sprinter Stephan Buckland avait agi comme porte-drapeau lors des derniers Jeux Olympiques à Beijing.