Intervenant mercredi à la Rogers House, Port-Louis, lors d’une cérémonie marquant la 45e célébration de la Journée mondiale de la Terre, Shari Villarosa, ambassadrice des États-Unis à Maurice, a fait un vibrant plaidoyer pour une réduction de l’utilisation de bouteilles en plastique à Maurice, à travers leur recyclage, leur réduction et leur réutilisation. À cet effet, un Big Bottle Bin a été installé devant la Rogers House pour accueillir 10 000 bouteilles en plastique, soit la quantité de bouteilles utilisées en une heure à Maurice.
« Vous n’avez pas pu manquer de voir devant la Rogers House une grande cage en métal à trois-quarts remplie de bouteilles en plastique. Notre “Big Bottle Bin” (BBB) peut contenir 10 000 bouteilles, soit l’équivalent de ce que nous utilisons à Maurice en une heure ?! » a-t-elle lancé d’emblée à une assistance composée de représentants des locataires de la Rogers House, des ministères et d’Ong. « Chacune de ces bouteilles a permis à son utilisateur d’étancher sa soif pendant environ 15 minutes, mais pour les 500 prochaines années, ces bouteilles resteront dans un centre d’enfouissement, dans une forêt ou dans la mer, si nous ne les recyclons pas », a-t-elle prévenu.
Selon l’ambassadrice Villarosa, des quelque 90 millions de bouteilles polytéréphtalate d’éthylène (PET) utilisées chaque année à Maurice, à peine la moitié est recyclée. « Non pas parce que des facilités de recyclage n’existent pas, mais parce que nous ne les utilisons pas », a-t-elle déploré.
L’intervenante s’est réjouie de la présence de certains de ceux qui recyclent leurs bouteilles : des représentants des ministères, du monde des affaires, des Ong et d’autres diplomates. « Nous pouvons espérer montrer aux autres – particuliers, entreprises ou agences gouvernementales – que le recyclage est un choix que nous devons tous faire tôt ou tard », a-t-elle ajouté.
Attirant l’attention de ceux assis sur un banc installé devant le BBB, Shari Villarosa a expliqué que l’objet a été fabriqué à partir quelque 10 000 bouteilles en plastique. « Je veux ainsi démontrer que chacun parmi nous peut faire une différence à travers notre décision personnelle dans notre mode de consommation. Nous pouvons tous, au quotidien, diminuer notre utilisation de bouteilles PET. Les réduire, en utilisant des bouteilles en verre pour filtrer notre eau?; les recycler en les mettant dans une chaîne de recyclage fiable; ou encore les réutiliser plus d’une fois avant de les faire recycler ?! », a-t-elle poursuivi.
L’ambassadrice a d’autre part affirmé que le recyclage des bouteilles en plastique entre dans la logique des sens des affaires. « La chaîne des hôtels LUX*, par exemple, embouteille sa propre eau dans des bouteilles en verre et recycle le peu de bouteilles PET que ses hôtels utilisent. La firme PowerPlastic, elle, fait de bonnes affaires en créant des bancs à partir du plastique recyclé », a-t-elle indiqué.
Shari Villarosa a auparavant évoqué sa toute première participation à la célébration de la Journée de la Terre (voir encadré), il y a 45 ans, à Washington DC. « J’ai vu les changements s’opérer lentement au fil des années. Cela demande un effort supplémentaire et de l’éducation », a-t-elle expliqué.
Dans son allocution, le Chief Projects Executive de Rogers Damien Mamet a élaboré sur la stratégie environnementale de sa compagnie. Emma Montocchio, Project Coordinator dans l’Ong Reef Conservation, a, elle, longuement parlé de l’impact des matières plastiques sur l’environnement marin.