Présent du 5 au 14 septembre dernier au Festival Off-Courts à Trouville, le Mauricien Jon Rabaud y a réalisé, selon le concept Kino, un court-métrage qui lui a valu de remporter un concours face à 74 autres prétendants. Giulietta, une histoire sombre axée sur l’infidélité inspirée de la Sonate au Clair de Lune de Beethoven, prouve que l’Institut Français de Maurice a eu raison de croire dans le potentiel de ce jeune réalisateur.
Pour une première participation mauricienne au Festival Off-Courts, le résultat est une heureuse surprise, et Giulietta est réussi au point qu’on souhaiterait que Jon Rabaud en fasse un long-métrage. Bosseur, talentueux, il avait séduit avec La Rencontre mais avec Giulietta, il force le respect. « Il a fallu pour Giulietta tourner au rythme du concept Kino qui signifie de tout résumer en un court laps de temps. Même le challenge de faire un petit film en 14 secondes était aussi en jeu. » Parlant du Festival, Jon Rabaud relève qu’il faut être rapide et ne pas s’encombrer de détails. « On travaille dans l’urgence. Moi-même j’ai écrit mon texte dans le bus qui m’emmenait à Trouville. J’avais la Sonate au Clair de Lune, plus précisément la Sonate pour piano N° 14, en tête. » De là, il a orienté son scénario vers le polar, un registre qu’il affectionne particulièrement. Il a choisi des acteurs à Trouville, Nadège Nechadi et Erwan Szejnol. Il explique que c’est un collectif d’acteurs qui fait le trajet tous les ans pour travailler avec des réalisateurs. « Ce sont des acteurs semi-professionnels mais qui ont su faire leurs preuves ».
L’intensité des émotions qui se dégage, le suspense qui bat son plein dans la scène de l’appartement où sont tournées les séquences, Giulietta d’une durée de six minutes séduit. Tel un virtuose, Jon Rabaud titille l’imaginaire de son audience. Son court-métrage est tellement bien fait qu’on voudrait une suite plus développée. Et, cette musique de Beethoven omniprésente qui contribue à l’atmosphère du scénario. On n’en dira pas plus… Une histoire d’infidélité tournée à la Hitchcock, fallait le faire ! Jon Rabaud tient à remercier la ville de Trouville qui, dit-il, « s’est mise immédiatement à la disposition du Festival ». « Je tiens à remercier une dame de 70 ans qui nous a prêté son appartement. Elle est passionnée par le cinéma, a fait plein de figuration tout en étant constamment présente sur les scènes du tournage. Elle est géniale ».
Notons que le court-métrage La Rencontre présenté cette année au 35e Festival de Clermont-Ferrand, au 66e Festival de Cannes et au 34e Festival de Durban, a été présenté le 3 octobre au Festival International du Film d’Afrique et des Îles (FIFAI) à La Réunion. Les protagonistes de ce film sont Edeen Bhugeloo, Guillaume Silavant et Vinaya Burrel. La musique porte la touche de Pascal Pierre.