Les travaux de réparation de l’autoroute M3 (Terre-Rouge/Verdun) seront bientôt terminés afin de permettre aux automobilistes de rouler en toute sécurité. L’ouverture de cette partie affaissée et complètement réparée est prévue le 19 juillet. Cette route, qui a nécessité des années de travaux, est qualifiée de « sûre » et la solution trouvée de « permanente ». Ces travaux ont été rendus possibles grâce à l’expertise française, sud-africaine et japonaise.

« Ce cas est une première à Maurice. D’où la raison d’avoir pris autant de temps pour réparer cette partie endommagée de l’autoroute », explique au Mauricien le Senior Advisor auprès du ministère des Infrastructures publiques, Sudesh Lallchand. Selon lui, les fissures sur la partie concernée s’élargissaient davantage en raison des pluies. De plus, la rivière, qui se trouve à environ 40 mètres en dessous, aggravait la situation. « Après des études menées, nous avons remarqué que le flanc se déplaçait, confirmant ainsi son instabilité », dit-il.

Sudesh Lallchand poursuit qu’il était avant tout primordial de stabiliser la partie instable afin de pouvoir construire la route. « La stabilisation de ce flanc a été très compliquée. Nous devons nous assurer que le flanc ne subisse aucun glissement en cas de fortes pluies ou autres aléas de la nature », dit-il. Selon lui, la route dépend énormément de ce flanc pour sa stabilité.

La technique pour stabiliser cette route, selon Sudesh Lallchand, est « unique ». La solution proposée a été de creuser cette partie endommagée jusqu’au fond rocheux pour y installer des pieux. Un exercice, dit-il, qui a nécessité beaucoup de temps. « Il fallait s’assurer que le terrain soit solide, soit 40 mètres en dessous de la rivière. Les pieux sont installés très près pour que la falaise puisse être stabilisée. Le coffrage des pieux n’était pas de la même dimension et aura demandé un peu de temps », fait-il ressortir. Dans une réponse à l’Assemblée nationale, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, avait soutenu que l’exercice de l’installation des pieux s’était terminé en février de cette année.

Ces pieux ont été installés sur une superficie de 110 mètres de large et 300 mètres de long. Plus de 180 pieux ont ainsi été mis en terre. Des travaux d’excavations ont été nécessaires et 100 000 tonnes de matériaux utilisés pour le remplissage. Alors que tous les pieux ont déjà été installés, les travaux de remplissage devraient se terminer au mois de mai. La route sera par la suite construite en juin. Les travaux prendront fi n en juillet et l’entrée en opération le 19 du même mois. À noter que ces pieux ont coûté Rs 223 millions.

Remplissage à Rs 282 M

Une fois le coffrage terminé, les pieux ont été installés. Et pour couvrir l’espace entre les pieux, une matière spécifique a été utilisée pour assurer la solidité de cette partie. Sudesh Lallchand avance que cette matière, qui est aux normes internationales, n’était pas disponible et a donc occasionné un retard des travaux. « Les matériaux ont été testés avant d’en faire le mélange. C’est cette matière qui nous permet de faire le “levelling” et le remplissage. Cette matière nécessite des matériaux spécifiques pour aider à la stabilité », dit-il. Le montant pour ce remplissage est de Rs 282 millions.

Pour Sudesh Lallchand, le travail abattu a été « colossal ». Il avance que tous les pilotis installés ont été vérifiés « un par un ». Selon les informations fournies, chaque pieu a été soumis à des tests pour examiner un possible déplacement. Ces tests, effectués par la société Serema, devront faire l’objet d’un rapport, qui sera bientôt soumis. Selon le Senior Advisor, l’inclinomètre installé par la Road Development Authority (RDA) pour cet exercice n’a rien démontré en termes de déplacement du flanc. Maintenant que toute la partie de réparation sous la terre est terminée, le remplissage est effectué, 1 000 tonnes de matériaux étant quotidiennement déposés. Un mois sera nécessaire pour terminer la route, laquelle sera opérationnelle au plus tard le 19 juillet. Sudesh Lallchand fait également ressortir que cet “embankment failure” a permis à la RDA, aux experts français, sud-africains, coréens et singapouriens, d’apprendre de ce cas « unique » à Maurice.

Les travaux de réparation de la route Terre-Rouge/ Verdun ont débuté le 9 mai 2017 et auraient dû se terminer en mars 2018. Mais des fissures, qui se sont approfondies après de grosses averses durant la même période, ont obligé à repousser les travaux. La situation étant devenue plus grave, l’aide du Pr Jean- Pierre Magnan avait alors été sollicitée.