La cuvée 2014 face à celle de 2013. C’est le grand rendez-vous de ce week-end de courses qui devrait attirer une bonne foule dimanche. Si on nombre les anciens viennent en tête avec six représentants sur les dix engagés, rien ne dit que les nouvelles unités ne peuvent leur barrer la route. Avec dix poids lourds dans les stalles, bien malin celui qui pourra dire avec certitude qui l’emportera. Mais puisqu’il faut faire un choix, on a porté le nôtre sur Albert Mooney. Cette décision peut surprendre mais on a toujours l’intime conviction qu’on n’a pas encore vu le meilleur de ce cheval au Champ de Mars.
Pour en revenir à la carte de cette course principale de la 8e journée, on y retrouve le cheval champion de la saison précédente, Liquid Motion, un double vainqueur classique Tales Of Bravery, Vettel, gagnant de deux courses, Polar Bound, qui a déjà démontré de quoi il est capable, Rudi Rocks, qui s’est illustré sur de moyennes distances, et Albert Mooney, que l’écurie Rousset pense pouvoir briller au plus haut échelon. Les nouveaux de 2014 sont emmenés par le gagnant de la Duchesse, Bulsara, Terminator, qui n’avait pu donner un aperçu de ses moyens après avoir pointé au départ, Love Struck, le favori battu de la première classique, et Silver Flyer, dont on peut attendre des progrès après des débuts satisfaisants.
Tales Of Bravery a retardé de quelques jours son retour en compétition suite à un petit ennui aux pieds. Ce problème a été vite résolu après un séjour au bord de la mer et il s’est présenté dans une belle condition à l’entraînement. Il peut avoir le désavantage d’être opposé à des chevaux qui ont déjà au moins une course dans les jambes, mais on sait que sa préparation n’a pas été perturbée par le mauvais temps. Avec une bonne deuxième ligne et même s’il doit rendre du poids à tous ses adversaires, il ne part pas battu d’avance.
Liquid Motion, lui, a déjà couru deux fois et peut maintenant espérer avoir atteint sa meilleure forme. Sa ligne est moins mauvaise cette fois, mais il sera placé derrière Tales Of Bravery, ce qui n’est pas un avantage. Polar Bound est placé complètement à l’extérieur et n’aura pas d’autre choix que de se placer à l’arrière-garde pour ne pas être contraint à faire les extérieurs.
Vettel effectue son retour et il sera sans doute question d’obtenir une bonne mise en jambes en vue d’autres engagements. Le porte-drapeau de l’écurie est Bulsara, sur qui l’âge ne semble pas peser. Sa ligne n’a pas trop d’importance car il est un finisseur. Il devra néanmoins être chanceux pour trouver le passage adéquat en fin de parcours. Il est à noter que Bulsara pourrait porter un demi-kilo de plus.
Terminator a été confié à Benedict Woodworth, le spécialiste des bons départs. Le cheval est réputé pour être rapide mais son mauvais numéro de corde sera un handicap à surmonter. Sa condition est très bonne. Son compagnon Rudi Rocks a amélioré l’état de sa robe. Reste que le parcours du jour pourrait être un peu court, à moins que l’épreuve ne soit lancée.
Silver Flyer est le dark horse vu qu’on n’arrive pas vraiment à le jauger. Il a travaillé sur le gazon le 24 avril dernier et s’est exclusivement exercé sur le treadmill de son écurie. Il ne faut pas oublier qu’il est précédé d’une bonne réputation.
Love Struck devrait mieux faire sur ce parcours rallongé. On demandera aux turfistes de le voir évoluer dans le rond des présentations. À ses débuts, on l’avait trouvé un peu tendu et il suait aussi quelque peu. Il peut être mieux dans ses souliers et en mesure de donner le meilleur de lui-même. Il est à souligner qu’il démarrera d’une bien meilleure ligne cette fois.
Il ne reste qu’Albert Mooney, qui revient défier les chevaux de l’élite. On se souvient encore de sa défaite face à Tandragee, mais aussi de son dernier succès. Ceux qui suivent l’entraînement de près seront d’accord pour dire que si son entourage avait décidé d’appliquer les freins la dernière fois, c’est à toute allure qu’il a avalé les 800m séparant le poteau des 400m à celui des 2200m. On trouve qu’il essaiera d’opter pour la position tête et corde et devrait mener le peloton. S’il peut faire à sa guise, ses poursuivants devront cravacher dur pour le reprendre. On retiendra aussi qu’il est handicapé à 56,5 kg et qu’il sera piloté par Johnny Geroudis. Certains pourraient dire que le Sud-Africain arrive difficile à monter à ce poids, ce qui est vrai. Cependant, on peut annoncer que tel ne sera pas le cas cette fois et qu’il n’a pas dû passer par un régime spécial pour honorer ses engagements.