Le directeur de l’AURA Institute of Business and Hospitality (AIBH), Parvinder Singh, est actuellement aux Casernes. Il aurait tenté de prendre la poudre d’escampette ni vu ni connu, hier soir, jeudi 17 mai, pour aller rejoindre son épouse au Canada, qui y est déjà depuis deux semaines.

Alors que nous parlions, dimanche, de cette affaire dans les colonnes Week-End, le directeur d’origine indienne aurait ensuite changé d’avis, décidant de payer les USD 5 000 aux étudiants népalais. Sauf que ce n’était qu’une ruse pour mieux prendre la fuite. En effet, Parvinder Singh aurait même proposé aux étudiants de s’acheter eux-mêmes leurs billets d’avion et de venir le rejoindre à l’aéroport « pour leur donner leur argent ».

Actuellement aux Casernes pour son interrogatoire, Parvinder Singh devrait passer en cour dans les heures à venir. « C’est ce que nous craignions le plus — qu’il décide de partir sans payer ces enfants. Il est inadmissible que les étrangers puissent ainsi sévir dans notre pays », déclare le Dr Maharajah Madhewoo.

Il poursuit que « le directeur avait pris un engagement avec ces étudiants leur assurant qu’il allait les payer le 16 mai », mais n’ayant pas respecté cela, les étudiants ont décidé d’avoir recours à la police. Les Népalais auraient même été victimes d’intimidation à leur résidence à Belle-Rose, durant la semaine. Plusieurs étudiants étrangers, accompagnés de Maheshwar Ram et de Maharajah Madhewoo, attendent aujourd’hui le jugement de la cour, en espérant que justice sera faite.