Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, entoutré des membres de sa famille et des représentants de la société de réalisation du film Serenity

Un documentaire de Top TV Mauritius révèle le rôle de Sanjiv Ramdanee, le beau-frère du PM, derrière la
révision à la hausse des incentives du Film Rebate Scheme avec en arrière-plan le film-flop Serenity
Les réalisateurs de l’enquête « Dans les entrailles du pouvoir — Épisode 1 »  disent avoir été censurés  sur Facebook dans la soirée de vendredi

La Bofrer Saga, ayant pour toile de fond le scandale baptisé “Serenitygate” par l’équipe de production de Top TV Mauritius, a le potentiel de doublement gêner le Premier ministre, Pravind Jugnauth, engagé dans la campagne électorale. D’abord, un documentaire intitulé « Dans les entrailles du pouvoir — Épisode 1 » est axé sur des révélations autour d’un « Jackpot » de Rs 240 millions sous le Film Rebate Scheme pour la production du film-flop Serenity, d’où Serenitygate avec « au coeur de cette affaire : le clan familial Jugnauth-Ramdenee ». C’est ce que révèle un communiqué de la direction de Top TV Mauritius. Secundo, à peine la vidéo de cette enquête partagée sur la page Facebook de la société de production, elle a été enlevée avec pour raison avancée « not up to community standards ». En dépit de cette décision, la vidéo est disponible sur YouTube avec Top TV Mauritius annonçant un deuxième épisode dans les jours à venir, car « nous refusons de nous laisser intimider » et « cette censure de la presse est hautement condamnable ».

Les dessous du film hollywoodien de Lakwizinn Production, Serenity, remontent à la surface. Vendredi après-midi, des confrères de Top TV Mauritius ont mis en circulation sur le net une vidéo-enquête retraçant les lobbies initiés par le beau-frère du leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Sanjiv Ramdanee, auprès des institutions, notamment l’ancien Board of Investment (BOI) en vue de revoir à la hausse le seuil de 30 % de remboursement sous le Film Rebate Scheme (FRS) à 40 %, avec comme principaux bénéficiaires, ses partenaires américains.
Le Film Rebate Scheme a été introduit en 2013 pour promouvoir l’industrie cinématographique à Maurice. Avec l’arrivée au pouvoir de Lalyans Lepep en décembre 2014, des tractations ont eu lieu au ministère des Finances pour réviser à la hausse le Package of Incentives. A cette période, le beau-frère de Pravind Jugnauth, également lié à l’hôtel Maradiva, Wolmar, traversant une passe financière difficile, devait entrer en scène avec pour partenaire The Weinstein Company (TWC), un studio américain en proposant le tournage de Serenity à Maurice.
« An exceptional
rebate of 40 %
instead of 30 % »
Dans un premier temps, réagissant à la demande initiale du 24 février 2015 et adressée au directeur du Board of Investment, un courriel transmis le dimanche 8 mars 2015 à partir du ministère des Finances fait état de réserves en ce qui concerne les propositions de revoir le Film Rebate Scheme, dont le budget avait déjà atteint Rs 100 millions. « We should first note that the refund budget has now risen to Rs 100 million and on current trends may exceed one day the promotion budget of the BOI and perhaps MTPA. We should be able to explain/justify to the National Assembly the Scheme and the allocation of such funds », note ce haut fonctionnaire à l’intention de ses collègues. Mention est également faite du ministre, notamment Vishnu Lutchmeenaraidoo, avant l’épisode de Goldfinger.
Un autre courrier électronique, daté du 22 avril 2015, laisse comprendre que la pression pour des incentives plus favorables gagnait en intensité. Comme pour se couvrir, les fonctionnaires affectés à ce dossier indiquaient que « we can submit a proposal to the Cabinet of Ministers for them to consider your exceptional requests for the first shooting », tout en ajoutant que « however if one film of this budget is submitted that would mean that we would have no funds remaining to accommodate other projects ».
Et le 5 août 2015, Sanjiv Ramdanee anticipe dans un courriel les délibérations du Conseil des ministres et informe l’équipe américaine de TWC que la proposition d’augmenter le seuil du Film Rebate Scheme sera débattue au gouvernement. « A request will be made to the cabinet of ministers to consider the following : 1) An exceptional rebate of 40 % instead of 30 % ; 2) Soft support in terms of accommodation and transport – air, sea and land for the latter ; 3) the possibility of having an escrow account whereby this will be a form of guarantee for the payment of the rebate amount », lit-on dans ce courriel avec l’épouse de Pravind Jugnauth, mise en copie.
En conséquence, lors de la présentation du budget, le Film Rebate Scheme allait effectivement passer de 30 % à 40 % comme l’avait voulu Sanjiv Ramdanee. Ainsi, le tournage de Serenity s’est déroulé de 2017 à 2018 avec des dépenses de Rs 735 millions, dont Rs 549 millions investies dans la production du film. Dans le budget 2018/19, nouveau coup de pouce avec l’introduction d’un Film Promotion Fund sous l’arme institutionnelle de Lakwizinn : l’Economic Development Board, et des dotations budgétaires de Rs 500 millions.
Des réponses fournies au Parlement lors des PQs du député Rajesh Bhagwan et de la PNQ du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, confirment qu’au final un montant de Rs 214,3 millions avait été décaissé en faveur de TWC comme remboursement émanant du Film Rebate Scheme et le beau-frère de Sanjiv Ramdanee et le Premier ministre Pravind Jugnauth défendant ces dépenses à l’Assemblée nationale.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal) et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In