— On dirait que tu as ta figure des mauvais jours. On te fait de la misère à ton bureau ?
— Tu vas croire toi-même. Ils savent que j’ai de mari bons contacts avec le gouvernement maintenant.
— Je me disais moi aussi. Alors qu’est-ce qui t’arrive comme ça ? C’est la chaleur sans doute. Moi-même, je suis épuisée toi. Si en novembre il fait chaud comme ça qu’est-ce que ça va être en janvier et en février ?
— Ça va être mari terrible, toi. Il faut faire faire le « servicing » de ton climatiseur maintenant même.
— Pourquoi ? Moi, j’ai acheté l’année dernière et j’ai une garantie de trois ans.
— Mais la garantie n’a rien à voir avec le « servicing » toi. Le « servicing » c’est nettoyer la machine, enlever la poussière, vider les tuyaux et changer le gaz.
— Tu as un climatiseur qui marche au gaz ? Moi, mon climatiseur il marche avec le courant électrique.
— Dans tous les climatiseurs qui marchent avec le courant électrique, il y a aussi un gaz dedans. Tu ne savais pas ?
— Première nouvelle. Tu sais moi je ne fais qu’allumer et éteindre le taquet, je ne sais pas comment ça marche. Et franchement te dire ça ne m’intéresse pas.
— Ayo, ce que tu peux être bête.
— Ecoute, ce n’est pas parce qu’il faut chaud et que ton climatiseur ne marche pas bien, qu’il faut m’insulter comme ça.
— Qui t’a dit que mon climatiseur ne marchait pas ?
— Mais tu viens de me dire, toi-même, que tu as fait faire ton « servicing » !
— Le « servicing » c’est pas avant que la machine arrête de marcher, c’est après. Ayo, ce n’est pas la peine de t’expliquer, tu ne vas pas comprendre même.
— En tout cas même si je ne suis pas maligne comme toi, je sais une chose : c’est à cause de la chaleur que tu es de mauvaise humeur comme ça.
— Non ce n’est pas à cause de la chaleur que je suis emmerdée, c’est à cause des chauves-souris.
— Tu as des problèmes avec les chauves-souris ?
— J’ai un mari problème avec elles tu veux dire. Elles sont en train de ratiboiser mon plant de letchis, toi. Il faut voir tous les matins j’ai un cimetière de letchis sous mon arbre.
— Pourquoi tu n’as mis un filet. Le ministère vend des filets pour fruits avec des subventions.
— Ça ne sert à rien du tout. Mon pié letchi est trop grand et les chauves-souris sont habituées et elles rentrent dans l’arbre par en bas.
— On dit qu’il faut mettre des lampes fortes, de la marque LED, parce que les chauves-souris ont peur de la lumière.
— En tout cas ceux qui viennent attaquer mes letchis doivent mettre des lunettes de soleil ! Parce que même avec des lampes LED et des spots pour disco, ils continuent à venir même, je te dis !
— C’est vrai que c’est embêtant, toi. Surtout que tu as un mari pié letchi. Attends un coup un quelqu’un m’a dit que les chauves-souris ont peur du bruit. Tu n’as qu’à faire sonner des pétards sous ton arbre pour faire les chauves-souris se sauver.
— Tu crois que je vais passer la nuit à faire sonner des pétards-canons sous mon pié letchi ! Mes voisins vont me rapporter à la police pour tapage nocturne, toi.
— C’est vrai ça. Mais qu’est-ce que tu vas faire alors ?
— Je vais aller voir le nouveau ministre agricole pour lui dire que ça ne peut plus se continuer. Il faut se débarrasser des chauves-souris.
— Mais comment ?
— C’est simple, toi. Il n’y a qu’à recommencer à autoriser la chasse aux chauves-souris.
— Mais on ne peut pas, toi. Il y a une loi qui l’interdit.
— Je me suis renseignée : cette loi a été votée par le gouvernement travailliste, le MSM n’a qu’à l’abolir. Il l’avait bien fait pour le permis à points, non ?
— Ce n’est pas aussi facile, toi. Mes amis écolos disent
— dis à tes amis écolos de venir regarder sous les pié de letchis tous les matins : c’est un massacre écologique de letchis mangés à demi !
— Je te dis que ce n’est pas aussi facile que ça. Maurice a signé des conventions internationales qu’elle doit respecter. Parce que la chauve-souris de Maurice est une espèce en danger.
— Ce sont les letchis et les mangues de Maurice qui sont en train de devenir des fruits en voie de disparition ! Si ça continue comme ça le letchi va finir comme le Dodo : au musée. Il faut faire quelque chose pour les propriétaires de pié de letchis et de mangues.
— Mais quoi ? Comme je viens de te le dire, Maurice doit respecter les conventions internationales.
— Alors si on ne peut pas changer la loi, il faut que le gouvernement donne une compensation aux propriétaires d’arbres fruitiers. Il faut leur donner une allocation.
— Qu’est-ce que tu veux dire ?
— Le gouvernement donne bien des allocations aux pêcheurs quand ils ne peuvent pas pêcher et aux agriculteurs quand il a des inondations ou des sécheresses, pas vrai ? Ce sont des allocations pour sinistrés, on est bien d’accord ?
— Oui, mais franchement te dire, je ne vois pas du tout où tu veux en venir.
— Les propriétaires des pieds de letchis et de mangues sont des sinistrés toi. Une nouvelle catégorie de sinistrés. Il faut que le gouvernement leur donne une allocation pour le manque à gagner, à cause de ces oiseaux de malheur. Il faut créer une allocation chauve-souris !

J.C A