Le ministre des Finances Xavier-Luc Duval a précisé les intentions du gouvernement pour lutter contre le chômage. Rappelant l’importance de la formation, il dit travailler en étroite collaboration avec le ministre de l’Éducation tertiaire Rajesh Jeetah sur un « répertoire des universités ». Le document, a-t-il expliqué, permettra aux jeunes de prendre connaissance des perspectives d’emploi dans divers secteurs selon les programmes d’études offerts. C’était lundi matin à l’hôtel de ville de Curepipe lors du lancement du Youth Employment Program, et ce en présence de personnalités politiques, de représentants d’entreprises et de divers postulants.
« Les jeunes ne sont pas préparés au monde du travail. Lors des interviews, les employeurs notent de grandes lacunes dans la manière dont ils se présentent et communiquent », a expliqué Xavier-Luc Duval, vice-Premier ministre et ministre des Finances, prenant la parole lundi matin lors du lancement du Youth Employment Program (YEP) à l’hôtel de ville de Curepipe. Raison pour laquelle le ministère des Finances se penche actuellement sur un répertoire des institutions tertiaires, exercice effectué avec la collaboration du ministère concerné.
Revenant sur le nombre de diplômés peinant à trouver de l’emploi, le vice-Premier ministre a fait comprendre que l’initiative du gouvernement, une fois concrétisée, permettra aux jeunes de savoir quels sont les secteurs ayant besoin de ressources humaines, et ce afin de mieux orienter le choix de leur formation. « Parfois, nous avons trop de demandes pour des postes limités », a-t-il lancé. Aussi, grâce à ce répertoire, les jeunes pourront mieux choisir leurs programmes d’études. « Ils sauront quelles sont les universités à choisir et les emplois disponibles. Cela facilitera leurs orientations. »
Revenant sur le YEP, le ministre des Finances souhaite avoir un « feed back  » des jeunes recrutés par les différentes compagnies. « Avec le Budget, nous peaufinerons le programme », dit-il. Lors de son discours, le ministre des Finances a rappelé l’importance que le gouvernement accorde aux jeunes Mauriciens. Revenant ainsi sur la problématique du chômage, Xavier-Luc Duval avance que 23% des jeunes sont actuellement sans emploi. « Ce chiffre est plus élevé que la moyenne mondiale », reconnaît le leader du PMSD. Et de soutenir : « Dans le gouvernement, nous sommes interpellés par le manque de travail chez les jeunes. » Abordant les grandes lignes du YEP, il indique que, depuis la création de l’organisme, quelque 300 personnes ont pu décrocher un emploi. Bien que l’objectif fixé pour 2013 en ce qui concerne le recrutement est de 3 000 personnes embauchées par les entreprises, le ministère des Finances estime que ce chiffre risquera de s’allonger, du fait du retour positif du programme. « Nous pensons atteindre le chiffre de 4 000 employés d’ici la fin de l’année », a-t-il lancé. Selon lui, le YEP est une « excellente plateforme » pour réunir employeurs et demandeurs d’emploi.
Dans un deuxième temps, Xavier-Luc Duval a évoqué « la bonne marche » du projet de recrutement pour les détenteurs de diplômes d’institutions tertiaires : Service to Mauritius. « Ce programme, destiné aux détenteurs de diplômes, prend en considération les universitaires ayant quitté le cursus tertiaire avec une first ou second class. Seuls les meilleurs résultats sont pris en considération », a-t-il expliqué. Grâce à ce programme, quelque 400 gradués ont déjà été embauchés.
Afin de réduire l’impact du chômage sur la société, le Grand Argentier a également annoncé la préparation d’un plan de formation. Cette ébauche sera présidée par Roland Dubois, senior adviser au ministère des Finances et ancien directeur de la Mauritius institute of training and development. Ce document prendra en considération les besoins réels de l’économie afin de permettre la croissance à travers la création d’emploi dans des secteurs spécifiques.