Il ne manque pas de souligner qu’il est « enn zanfan landrwa ». Patrick Belcourt, candidat de Lalians Lespwar, se présente pour la première fois à des élections générales dans la circonscription No 19 (Stanley/Rose-Hill). Dans cet entretien, il nous fait part de ses motivations de s’engager dans la politique active.

Pour ce père de trois enfants, âgé de 43 ans, la politique s’est présentée comme une évidence. Né à Camp Levieux et membre de Nou Repiblik, dont il est le secrétaire, il soutient que son parti sillonne le terrain depuis trois ans.

Suite à des discussions approfondies avec différentes organisations et des individus sur des problèmes sociaux, ainsi que sur les enjeux présents dans différents secteurs, Patrick Belcourt s’engage à changer la donne en pratiquant une politique de proximité.

Selon lui, la politique autrement veut dire « se mettre à l’écoute du citoyen, le mettre au centre de nos préoccupations et servir le peuple mais non se servir soi-même ». Pour cela, dit-il, « je n’ai trouvé aucun grand parti qui m’a attiré ». D’ajouter que « Lalians Lespwar a pour objectif d’entrer au parlement pour représenter le peuple. »

Il fait ressortir, dans la foulée, qu’il y a divers secteurs auxquels il faudrait s’attaquer une fois au pouvoir, tels le chômage des jeunes, le gaspillage des fonds publics, la relance de l’économie pour créer de l’emploi, la dégradation de l’environnement, la sécurité des citoyens, la violence envers les femmes, et la drogue qui détruit la jeunesse.

Selon Patrick Belcourt, les gouvernements précédents ont failli à leurs tâches, d’où l’importance pour le peuple de redonner à la politique mauricienne ses lettres de noblesse.

Optimiste quant à l’avenir, il se dit serein pour ces prochaines élections. En ce qu’il s’agit du travail sur le terrain, il confie avoir un « très bon response”. Il lance au passage un appel à sa circonscription : « Fer konfians dimounn konpetan ek aret vote blok ».