Mouvement Ti Planter à Lallmatie hier après-midi

Une centaine de petits planteurs de canne, réunis hier au Swaraj Bhawan de Lallmatie dans le cadre d’une campagne de mobilisation en vue du rassemblement prévu à l’auditorium Octave Wiehe le 4 novembre, ont réclamé hier un montant de Rs 2 500 par tonne de canne. « Nous ne faisons que réclamer notre dû », ont affirmé les petits planteurs qui se sont succédé au micro.

Avant la réunion, Geerja Busawah et Yousouf Bucktowar ont accompagné des journalistes à Pont Bon Dieu afin de leur montrer l’étendue des terres sous canne abandonnées par les planteurs. « Nos parents ont nourri des familles de dix enfants grâce à la canne. Mais aujourd’hui, nous arrivons à peine à survivre des revenus que nous recevons. La main-d’oeuvre est rare et coûte très cher. Le coût des fertilisants est élevé. Nous recevons à peine Rs 900 par tonne de canne », expliquentils. « Nous sommes obligés de faire d’autres travaux afin de pouvoir boucler notre budget et payer les études de nos enfants », ajoutent-ils.

Les orateurs ont fait comprendre qu’alors que d’autres, dont des usiniers, « réalisent des fortunes à partir de la canne mais eux ne récoltent que les miettes ». Ils observent que le sucre vendu sur le marché local rapporte Rs 38 000 la tonne alors que les planteurs « n’en reçoivent que Rs 10 000 », ajoutant que la bagasse est vendue à Rs 500 la tonne et que les planteurs ne perçoivent que Rs 13 et, pour la mélasse, pour un prix de vente de Rs 8 000, à peine Rs 2 147. Pour sa part, chiffres à l’appui, Pradeep Jeeha a démontré que les usiniers « font fortune avec la production d’électricité ».

Il estime à Rs 1,4 milliard le montant que le gouvernement leur a donné lors des dernières augmentations, avant de déplorer que la MSS « ne s’occupe que du sucre sans se soucier de la bagasse et de la mélasse ». Il réclame de fait une enquête sur la MSS. D’autres ont insisté sur la « transparence », se demandant « combien d’argent reviendra aux planteurs pour les 50 000 tonnes de sucre qui seront vendues en Chine »

. Rendez vous a été donné à Octave Wiehe, où les petits planteurs comptent réunir 2 000 à 3 000 personnes le 4 novembre.