Linion Fam a annoncé ce vendredi, face à la presse, qu’une marche pacifique sera organisée le 26 octobre, à partir de midi, au Jardin de la Compagnie.

Le mouvement lance un appel à toute la population de venir en grand nombre rendre hommage aux femmes décédées suite aux violences domestique.

Linion Fam a, de plus, présenté ses revendications en vue de mieux lutter contre les violences physiques et morales envers les femmes.

« Nous lançons un appel aux partis politiques afin de connaître leurs programmes dans leurs agendas pour lutter contre la violence domestique », a intimé Marie-Noelle Elissac-Foy, collaboratrice de Linion Fam.

L’association, créée à partir d’un groupe d’écoute et de témoignages sur les réseaux sociaux, a plaidé pour la création d’une unité spéciale au Bureau du Premier ministre dont le rôle serait de traiter les féminicides.

D’autre part, les oratrices ont également plaidé pour une formation de la force policière pour que les officiers puissent mieux traiter les cas d’agression envers les femmes. Pour cela, des postes de police « gender-friendly » ont été demandés.

Un fonds d’aide aux femmes victimes de violence a également été proposé afin d’aider ces dernières à se libérer de leur bourreau.

D’autres centres d’aide aux femmes et des formations « plus solides » au niveau du Family Protection Support ont été réclamés. De même qu’une Domestic Violence Court, pour que les cas soient entendus au plus vite. « A quoi sert-il de dénoncer lorsqu’il n’y a aucune prise en charge derrière? » a interrogé Catherine Prosper, porte-parole de Linion Fam.

Linion Fam souhaite également que le féminicide ait sa place dans les programmes électoraux des partis politiques, en cette période de campagne électorale.

Pour Ambal Jeanne directrice de SOS Femmes, il faut une volonté politique. « Chaque partie doit avoir une politique du genre », a-t-elle déploré. « Le judiciaire a également un rôle important à jouer dans ce fléau ».