Intensifier la lutte pour la santé et les droits. Tel est le thème retenu cette année pour l’International AIDS Candlelight Memorial, qui a été marqué à Maurice le 19 mai lors d’un rassemblement aux Loges de Mangalkhan, Curepipe, dans les locaux de l’Ong AILES.

A l’initiative de AILES et PILS, cette 36e édition a aussi servi comme plate-forme de sensibilisation et de mobilisation pour rappeler que le combat n’est pas terminé.

En effet, les dernières statistiques nationales sur l’épidémie montrent que désormais chaque année ce sont presque autant de femmes que d’hommes qui sont testées positives au VIH. Alors qu’il y a 15 ans, le ratio était d’une femme pour cinq hommes.

Une situation qui interpelle car annonciatrice d’une potentielle généralisation de l’épidémie. Cette année, l’axe majeur de cette mobilisation concerne la position de la femme atteinte du VIH/Sida. « Se focaliser sur la femme c’était ce qu’il y avait de mieux à faire. Elle a un rôle phare dans notre société« , soutient Brigitte Michel, directrice de AILES.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 7 421 personnes séropositives ont été recensées à fin de décembre 2018, à savoir 1 918 femmes, 5 503 hommes et 70 enfants ; une quarantaine de femmes sont dépistées séropositives annuellement durant leur grossesse ; et 164 nouveaux cas ont été enregistrés depuis l’année dernière.

« Malgré la pluie, le spectacle a eu lieu. L’idée était de mettre en lumière les points revendiqués par les patients soit des traitements adaptés ainsi qu’une prise en charge adéquate et surtout les services pour les femmes », a fait ressortir Brigitte Michel,.

Elle dénonce ainsi des « manquements » dans les services hospitaliers : « Dès qu’un médecin entend que vous êtes séropositif, selon lui, c’est lié à la consommation de drogue ou au travail du sexe. C’est problématique pour les patients » déplore-t-elle.

Elle fait également ressortir que, hormis de la lutte contre l’isolement des patients dans la société, un centre de services pour des soins dédiés à ceux atteints du VIH/Sida est réclamé. « Il y a toutes ces améliorations à apporter ».