ABD Dental Ltd, un cabinet dentaire et laboratoire de prothèses dentaires, a obtenu le renouvellement de son permis malgré les plaintes des habitants qui remontent à 2010. Évoqué à plusieurs reprises lors des dernières réunions du conseil de Curepipe, les membres de l’opposition veulent l’engagement du maire pour clarifier la situation. Les habitants de Forest Lane, eux, s’interrogent sur les conditions d’octroi du permis.
« À quand date le permis du laboratoire ABD Dental pour la fabrication de prothèses dentaires ? Qui en est le signataire ? Quelles sont les activités décrites ? », tant de questions qui restent sans réponses de la part des autorités depuis des années. À cette liste, viennent s’ajouter d’autres interrogations concernant le nombre d’employés, dont des expatriés, et les conditions de travail, ou encore si d’autres services à l’instar du ministère de la Santé, la police, les pompiers, sont parties prenantes dans l’octroi de ce permis… Des questions auxquelles la conseillère mauve Sundee Beedassy demande à Mario Bienvenu, maire de Curepipe d’y répondre.
Malgré les plaintes des habitants de Forest Lane, Floréal, le permis d’ABD Dental Ltd a été renouvelé alors que ce cabinet et laboratoire de prothèses dentaire est situé dans une zone résidentielle. « Enough is enough ! Concrete measures have to be taken », a lancé Sundee Beedassy lors de la réunion du conseil mercredi au maire Mario Bienvenu lors de la séance de questions « without notice ». D’autant que le renouvellement de ce permis octroyé par la municipalité de Curepipe a étonné les membres de l’opposition. Ils estiment que « la municipalité de Curepipe est au courant des dégâts que cet établissement cause à son entourage ».
Par ailleurs, les habitants de cette région ont, à de nombreuses reprises, alerté les autorités compétentes (le ministère de la Santé, le ministère de l’Environnement, la municipalité de Curepipe, la Mauritius Dental Association, entre autres) sur les activités de cette entreprise. Dans une pétition, les résidents de Floréal objectent à ce « qu’une villa individuelle située dans un quartier hautement résidentiel soit convertie en laboratoire/industrie avec plus de 10 salariés pour la production de prothèses dentaires et d’un cabinet dentaire de trois unités ». Parmi leurs principales objections : l’utilisation de produits chimiques nocifs pour la santé avec des effets à court et à long termes, la dégradation de l’environnement par l’émanation de déchets divers, la probabilité que cette entreprise provoque l’installation d’autres entreprises industrielles et commerciales, sans compter l’augmentation du trafic routier dans cette zone, entre autres.
Et aux forces vives de préciser : « Des habitants font état depuis plusieurs mois de symptômes aigus d’allergies, de nausées inexpliquées, de troubles locomoteurs et respiratoires, entre autres. » Pour ces derniers, les problèmes de santé et la mort subite de plantes et d’animaux ont commencé depuis le début des opérations d’ABD Dental dans la production de prothèses dentaires. Selon une habitante, qui a eu une infection des bronches, un diagnostic médical aurait révélé que « this is usually seen in patients exposed to chemical products ». Et de préciser que l’odeur toxique émanant des cheminées touche une grande partie de Floréal lorsque le vent change de direction. Les plaintes faites auprès du ministère de la Santé depuis 2010 n’ont cependant rien donné. Les habitants attendent la réponse du maire à la prochaine réunion du conseil.