Aussitôt installé, c’est à un grand chambardement auquel procède le nouveau directeur général de la MBC par intérim, Anooj Ramsurrun. La mise au placard frappe un grand nombre de journalistes et de cadres dont les qualités avaient été reconnues par Meckraj Baldowa, poussé à la sortie par les lobbies qui se sont incrustés depuis des années au sein du service audiovisuel public.

Avec ce remue-ménage, c’est la soeur d’un élu du MSM, Sadhna Teeluckdharry, qui contrôle désormais la rédaction, alors même que textes doivent être systématiquement revus et corrigés avec pour résultat la mise à l’écart de Valérie Kallee et Thierry Ramasawmy. Comme nous l’écrivions la semaine dernière, avec l’arrivée d’Anooj Ramsurrun, la MBC est revenue à l’ère encore moins glorieuse d’une MBC à la Dan Callikan.

À part l’évincement de ceux qui voulaient travailler un peu comme des professionnels au sein de la rédaction, dont celle qui s’occupe du sport, le grand ménage frappe aussi la section technique, celle des ingénieurs notamment. En parallèle, il y aussi les recrutements, sans aucun appel de candidatures transparent et ouvert, une astuce pour caser les enfants d’anciens employés et les “envoyés spéciaux” des ministres. Une pratique dont avait abusé l’administration de la période Callikan.