La part de l’Europe dans les exportations domestiques mauriciennes a baissé au cours de la période 2010-15, passant de 72 % à 55 %, cela alors que le marché africain (Comesa et SADC confondus) a augmenté sa part de 12 % à 18 %. C’est ce que révèle la dernière édition des MCCI Export Insights, préparée par la division commerciale de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry. L’analyse de la MCCI indique que les exportations domestiques ont augmenté de 16 % ces cinq dernières années et que le Royaume-Uni s’est maintenu à la première place de nos marchés d’exportation.
Selon l’étude de la MCCI, les exportations totales du pays se sont accrues de 39 % sur la période 2010-15, passant de Rs 62 milliards à Rs 86 milliards. La part des exportations domestiques s’élevait à 68,7 % en 2015 par rapport à 81,7 % en 2010. Les réexportations, souligne la Chambre, ont enregistré une plus forte progression (+144 %). Analysant la performance de nos principaux marchés en termes d’exportations domestiques, la MCCI observe que l’Union européenne s’est maintenue en tête sur la période 2010-15, mais que sa part a diminué (de 72 % à 55 %). Le Royaume-Uni caracole en tête de nos marchés, et ce malgré une baisse de la valeur de nos exportations domestiques (de Rs 12,6 milliards en 2010 à Rs 10,7 milliards en 2015) vers ce marché.
Les États-Unis se retrouvaient, en 2015, à la deuxième place de nos marchés, achetant pour Rs 8,2 milliards de produits locaux contre Rs 5,7 milliards cinq ans plus tôt. La France, qui était deuxième position en 2010 (Rs 9,1 milliards), a perdu une place en 2015 avec des importations de Rs 6,7 milliards. L’Afrique du Sud (Rs 6,3 milliards en 2015 contre Rs 3,5 milliards en 2010) s’est placée en quatrième position devant l’Italie, dont les importations ont augmenté de Rs 3,9 milliards à Rs 4,6 milliards sur la même période.
Les exportations domestiques vers le Royaume-Uni étaient hautement concentrées sur trois produits en 2015, à savoir les vêtements (56 %), les produits de la mer en conserve (26 %) et le sucre (13 %). Pour le marché américain, le textile et l’habillement constituaient le gros de nos exportations (83,2 %). C’était également le cas pour le marché français, le textile et l’habillement représentant 46 % des exportations domestiques contre 13 % pour les produits du secteur de la bijouterie.
Textile/habillement : Rs 25,1 milliards
Pour ce qui est des principaux produits domestiques exportés, l’étude de la MCCI démontre que le textile et l’habillement, de même que les produits de la mer et le sucre restent en tête. Sur les Rs 59,2 milliards d’exportations notées en 2015, la part des produits d’habillement s’élevait à environ Rs 25,1 milliards. Les produits de la mer représentaient Rs 8,6 milliards, le sucre, Rs 7,8 milliards, les pierres précieuses/semi-précieuses et autres métaux précieux, Rs 5,5 milliards. La MCCI constate que, parmi les principaux produits exportés, seulement deux, soit textile/habillement et bijoux, ont été en hausse croissante ces cinq dernières années.
Passant en revue les exportations domestiques vers le continent africain, en particulier nos performances sur les marchés du Comesa et de la SADC, la MCCI observe qu’il y a eu un “notable increase”, avec ces marchés qui ont absorbé 18 % de nos exportations en 2015 contre 12 % en 2010. « The market structure for our regional exports has remained more or less the same. South Africa stays the main regional export market followed by Madagascar, Kenya and Seychelles. South Africa and Madagascar together make up for 84 % of total domestic exports to the region pinpointing to the untapped potential in the SADC/COMESA region », fait ressortir la MCCI. Le textile et l’habillement demeurent les premiers produits à l’exportation dans la région, soit pour Rs 7,7 milliards. L’Afrique du Sud et Madagascar sont les marchés les plus ciblés pour ce produit. Maurice a aussi exporté pour Rs 810 millions de sucres raffinés avec le Kenya, Madagascar, les Comores et le Mozambique comme marchés en importance. Maurice exporte aussi vers la région des aliments pour animaux, du matériel imprimé, de la farine de blé, de l’alcool, des tubes en métal, des nouilles, des produits domestiques, entre autres.
Par ailleurs, les réexportations ont été conséquentes ces dernières années, une croissance de 144 % ayant été enregistrée. Les trois premiers produits à la réexportation ont été les téléphones mobiles, les produits de la mer et la vanille, mais on a aussi noté la réexportation de médicaments, d’ordinateurs et de matériel médical. La hausse de 144 % des réexportations est attribuable en grande partie aux ventes de téléphones mobiles à travers le port franc. Ces téléphones ont été importés de la Chine, du Vietnam et de la Corée du Sud avant d’être réexpédiés vers les Émirats arabes unis.