L’affaire concernant la nomination de Vijaya Sumputh à la tête du Cardiac Centre a été une nouvelle fois renvoyée devant l’Equal Opportunities Tribunal cette semaine.
Cette affaire oppose l’Equal Opportunities Commission (EOC) au Trust Fund for Specialised Medical Care, Vishwamitra Ramjee, le président de cette instance et le ministre de la Santé, Anil Gayan. Hier, le président de l’Equal Opportunities Tribunal (EOT), Denis Vellien, a décidé d’impliquer Vijaya Sumputh comme “co-defendant”.
L’EOC veut savoir si les procédures ainsi que la méritocratie ont été respectées dans cette nomination qui a fait couler beaucoup d’encre vue la proximité entre le ministre et cette nominée que l’on voit souvent sur les plates-formes politiques du Muvman Liberater. Le dossier a été transféré au tribunal, après le refus des principaux concernés de venir s’expliquer devant la commission. Me Carole Green-Jokhoo, du bureau de l’Attorney General, et nouvelle avocate de la Santé, a demandé un renvoi de dernière minute affirmant que ce n’est que la veille que le dossier lui a été confié.
Ce nouveau renvoi survient alors même que le président de l’EOC, Brian Glover, avait émis le souhait que l’affaire soit prise sur le fond tant qu’il est encore en poste puisque son contrat à la tête de l’institution qu’il dirige expire en avril. Du côté de l’EOC, on rappelle que cette affaire dépasse largement le cadre d’un combat de personnalité, mais que c’est la crédibilité de l’institution EOC qui est en jeu.
Le cas sera entendu une nouvelle fois devant l’EOT le 28 janvier prochain.