Une dizaine de jours après l’acquittement d’Aveenash Treebhowoon et de Sandip Mooneea aux Assises du meurtre de l’Irlandaise Michaela Harte, âgée de 28 ans, une nouvelle escouade d’enquêteurs a déjà pris la relève de la Major Crime Investigation Team (MCIT). La réouverture de cette enquête criminelle a été confiée au surintendant Yaswant Callee du Central CID avec pour collaborateurs le Detective Chief Inspector Seeballuck du Central CID et le Detective Inspector Roland Dabeesing de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). Par ailleurs, suite à des consultations, vendredi, entre le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et l’ambassadeur irlandais, Brendan McMahon, le tension dans les relations entre l’Irlande et Maurice s’est nettement atténuée.
Cette escouade de limiers de la police en vue d’élucider les zones d’ombre dans cette enquête a été constituée après des consultations au plus haut niveau de la force policière. Le Deputy Commissioner of Police, Ravine Sooroojebally, assurera la supervision directe de cette enquête, qui a déjà démarré depuis la fin de la semaine dernière. Après un constat des preuves et des indices versés dans le dossier à charge jusqu’ici, une première séance d’interrogatoire s’est déjà déroulée.
Mais à hier après-midi, aucun détail n’a transpiré quant à l’identité de la personne entendue par l’escouade du surintendant Callee et encore moins les éléments d’informations obtenus. Les enquêteurs refusent également de confirmer si les deux employés de l’hôtel Legends, Avenash Treebhowoon et Sandip Mooneea, seront entendus sur la base de nouveaux éléments obtenus.
« Nous ne sommes qu’au début de la réouverture de l’enquête sur le meurtre de Michaela Harte. Il est prématuré de vouloir faire des commentaires sur des développements possibles », fait-on comprendre dans les milieux autorisés de la police, qui se dit confiante de pouvoir mener à terme cette nouvelle mission en traduisant les coupables devant la justice.
La constitution de cette nouvelle équipe d’enquêteurs sur le meurtre de Michaale Harte, retrouvée étranglée dans la baignoire de la chambre 1025 du Legends Hotel le 10 janvier 2011, avait été le plat de résistance des échanges entre le Premier ministre et l’ambassadeur irlandais. Avec cette garantie, les autorités irlandaises font état de leur satisfaction quant à la tournure des événements.
« I want to thank Prime Minister Ramgoolam for this response and for the cooperation which we are receiving from the Mauritian authorities », déclare Tánaiste et ministre des Affaires étrangères d’Irlande, Eamon Gilmore.
Mardi dernier, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, avait axé la Private Notice Question sur le dossier du meurtre de Michaela Harte. Dans la même occasion, il avait interpellé le Premier ministre sur un éventuel démantèlement de la MCIT. La demande n’a pas été entretenue avec Navin Ramgoolam confirmant son intention d’avoir recours à la collaboration d’experts de la police de l’étranger pour cette nouvelle enquête.
Par ailleurs, la publication de photos de la scene of crime au Legends dans la dernière édition de l’hebdomadaire The Sunday Times est venue se greffer, dimanche dernier, sur un contexte déjà difficile pour Maurice après l’acquittement des Assises. Le directeur de l’hebdomadaire avait été interpellé et inculpé du délit d’Outrage to Public Morality. Il a également été placé en détention policière avant d’être remis en liberté sous caution vendredi..
Les autorités mauriciennes ont rassuré les Irlandais qu’une autre enquête policière avait été initiée dans cette affaire.