Le directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, qui a séjourné chez nous jusqu’à hier soir, estime que Maurice devrait utiliser le VIH/sida comme un point d’entrée pour pouvoir traiter les co-infections tuberculose/sida, hépatite C/sida et autres, de la même manière qu’elle a réussi à éliminer la transmission du sida de la mère à l’enfant. Il estime aussi que beaucoup de progrès ont été faits dans la recherche d’un médicament et d’un vaccin contre cette maladie. « Je ne suis pas du tout pessimiste, je pense que les choses vont s’accélérer dans le futur », dit-il.