La période de confinement a été étendue. Pas de panique, au contraire, prenez ce temps pour vous redécouvrir et pour vous adonner à une activité artistique. Quelques conseils de Shimanda Mungur, Counsellor.

Shimanda Mungur

Quels conseils donnez-vous aux Mauriciens pour mieux vivre cette période de confinement qui a été étendue ?

Déjà, il faut bien comprendre les raisons pour lesquelles on est confinés et ensuite bien comprendre pourquoi le confinement a été étendu. On se retrouve dans une situation très alarmante avec le nombre de patients affectés et de victimes qui augmente. Il est donc tout à fait normal de se sentir à bout… Quand on avait l’habitude de sortir, de voir ses amis/es collègues, d’aller à la plage ou dans les malls, de choisir ses repas, au travail, etc., les choses deviennent automatiquement plus compliquées, car nous devons retrouver un équilibre dans nos vies et tout reconstruire. Mes conseils seraient de : réapprendre à vivre en famille et réapprendre à s’organiser, départager les tâches pour que le lot de travail ne tombe pas sur une seule personne ; apprendre la débrouillardise aux enfants que ce soit en aidant dans la cuisine ; être créatifs en famille — chantez et dansez ; regardez les albums photo en famille et essayez la thérapie du rire. Cela va rehausser votre mood. Il est aussi conseillé de faire une activité physique, de lire, de planter et de prier si vous êtes croyant. Et surtout, prenez le temps de respirer.

Pour ceux qui vivent dans un cadre familial difficile, sur fond de violence ou de parents dépressifs, etc., que faire ?

Si possible, essayez de trouver/construire un espace où vous allez vous sentir calme et en sécurité malgré la tension familiale. Cet espace pourrait être votre chambre ou le jardin. Trouvez-vous des activités à faire chaque jour. Utilisez les mots sur une page ou un carnet pour évacuer ce que vous vivez. Cela pourrait aussi être à travers la peinture ou d’autres moyens créatifs comme écrire un poème. Il est important de pouvoir extérioriser cette tension de manière constructive. Aussi, trouvez du temps pour vous relaxer et ressourcer. Aussi, appelez vos amis et proches et mettez-les au courant en cas de danger ou contactez des professionnels, dont des counsellors, counselling therapists ou des psys. Je suis joignable sur ma page Facebook en inbox : Shimanda Mungur ou vous pouvez aussi prendre contact pour des conseils gratuits à travers les associations des psychothérapeutes et des psychologues, en ligne sur le 5 455 3169. Si vous connaissez quelqu’un en situation de crise par rapport à la violence, appelez la police sur le 148, 208 12 12, 208 00 34, 208 00 35 et pour Rodrigues sur le 831 15 36

Comment aider un ami ou un proche en détresse ?

Soyez en contact régulier avec la personne et faites-lui savoir que vous êtes là pour lui. Il est très important d’être à l’écoute et de ne pas juger. Partagez aussi ce que vous faites et envoyez un texto pour rassurer, une vidéo pour aider, cela peut être une chanson, un documentaire, quelque chose qui fera plaisir à la personne. Il faut aussi encourager la personne à prendre contact avec des professionnels.

Quel est votre message à ceux qui passent par des moments difficiles sans avoir le courage d’en parler ?

Je sais que c’est dur, mais dites-vous bien que c’est temporaire. Tout cela finira par stopper tôt ou tard. Il faut juste qu’on prenne des précautions et qu’on fasse attention à ce qui se passe à l’intérieur de nous. Essayez de trouver chaque jour quelque chose de positif — ça pourrait être les rayons de soleil, la pluie, la nourriture, le fait d’être en vie et d’être en bonne santé. Il faut prendre du temps pour soi et avec la famille. Apprendre à se redécouvrir. Lavez-vous le visage avec de l’eau froide et prenez une douche. Respirez, essayez pendant quelques minutes de se déconnecter avec tout se qui se passe autour de vous, trouvez-vous un endroit calme, fermez les yeux, respirez lentement mais profondément.