Une mission de l’Union africaine (UA) a eu récemment des sessions de travail avec le Congrès et l’administration américaine où il a été surtout question d’un renouvellement rapide de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), texte de loi régissant des échanges commerciaux préférentiels et des investissements en Afrique subsaharienne dont l’expiration est prévue pour le 30 septembre 2015. Le nouveau ministre des Affaires étrangères et du Commerce international, Étienne Sinatambou, faisait partie de la délégation de l’UA et, selon les échos provenant de Washington, sa contribution à cette mission a été très positive.
L’UA a, en maintes occasions dans le passé, réclamé le renouvellement de l’AGOA pour une période d’au moins quinze ans tout en appelant également à une extension pour une période similaire de la dérogation Third Country Fabrics. Cette dernière disposition permet aux pays producteurs de textiles d’Afrique subsaharienne d’importer des matières premières d’un pays tiers pour ensuite fabriquer des produits finis exportables pour le marché américain tout en bénéficiant d’un accès hors taxe. Les représentants ont insisté pour une reconduction de l’AGOA dans les plus brefs délais lors de leurs rencontres avec des membres influents du Congrès et de l’administration américaines.
La mission a rencontré, entre autres, le United States Trade Representative (USTR), Michael Froman, l’assistante-secrétaire d’État pour les affaires africaines, Linda Greenfield, le président du Comité Voies et Moyens (ce comité épluche tous les textes de loi avant leur introduction au Congrès) de la Chambre des Représentants, Paul Ryan, le président du Comité des relations extérieures, Ed Royce – député considéré comme étant très proche de l’Afrique et de Maurice – ainsi que des dirigeants du Corporate Council for Africa.
Selon Maurice Vigier de La Tour, dirigeant de la Mauritius United States Business Association (MUSBA), les membres de la délégation de l’UA ont parlé d’une voix unanime : il faut reconduire très vite l’AGOA. M. Vigier de la Tour suit de très près tout ce qui touche à l’AGOA en consultation avec Paul Ryberg, lobbyiste de Maurice à Washington. Selon lui, la question qui se pose est de savoir quand et comment l’AGOA sera renouvelée. Les milieux proches du dossier ont pensé qu’un des moyens pour obtenir un vote rapide de l’AGOA était de rattacher ce texte au nouveau Trade Promotion Authority (TPA) Bill qui doit être introduit vers fin février au Congrès en vue d’un vote final vers fin mars/début avril 2015.
Cependant, des spécialistes pensent que le TPA pourrait ne pas être un véhicule approprié et que les parties concernées devraient envisager l’inclusion de l’AGOA dans le texte de loi portant sur le renouvellement du système des préférences généralisées (GSP) qui porte sur un traitement préférentiel d’une panoplie de produits entrant sur le marché américain.
« L’attente est grande », a indiqué Maurice Vigier de La Tour mais ce dernier, se basant sur des informations provenant de Washington, est d’avis que la mission de l’UA a été un succès et qu’elle a constitué une étape importante dans le processus des négociations menant à un renouvellement de l’AGOA.
Maurice Vigier de La Tour dit avoir pris note également de la rencontre entre le ministre du Commerce et de l’Industrie sud-africain, Rob Davies, avec Michael Froman, dans le cadre de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos. Rob Davies, indique la presse sud-africaine, a redoublé d’efforts en vue de résoudre le litige entourant l’importation de poulet des États-Unis après les protestations américaines concernant l’imposition de barrières douanières à ces importations. Les autorités sud-africaines seraient prêtes à faire des concessions afin de ne pas se retrouver sur la touche lorsque l’AGOA serait éventuellement reconduite. « We hope that (the offers) will create the momentum for the re-authorisation of Agoa with South Africa included. That’s what we are looking to achieve », a déclaré Rob Davies à Business Report.