Le boxeur Kennedy St Pierre et le recordman du triple saut Jonathan Drack ne figurent plus dans la catégorie mondiale à l’issue de l’officialisation des athlètes bénéficiaires d’une bourse de haut niveau pour la période juillet-septembre 2017. Ils se retrouvent désormais dans la catégorie intercontinentale et toucheront une allocation de Rs 23 000 mensuellement au lieu de Rs 29 000. En revanche, le marathonien David Carver intègre la catégorie mondiale et bénéficiera d’une allocation de Rs 29 000 mensuellement. Les deux autres athlètes qui gardent leurs places au sein de cette catégorie sont la handisportive Noemi Alphonse et le tireur de la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA), Fabrice Bauluck.
Considéré dans la catégorie mondiale pendant plusieurs mois, Kennedy St Pierre se retrouve désormais dans la catégorie intercontinentale en attendant de réaliser des résultats capables de lui faire monter de rang. Cinquième dans sa catégorie aux Jeux olympiques de Rio au Brésil, l’année dernière, le boxeur de la catégorie des moins de 91 kg n’a pas été ensuite en mesure de poursuivre sur cette bonne note depuis août de l’année dernière. Il a été certes champion de Maurice de sa catégorie en début d’année, mais n’a pu confirmer ses dispositions de 2016 lors des Championnats d’Afrique tenus au Congo-Brazzaville, où il n’a pas été en mesure de monter sur le podium, alors qu’il était le favori de la catégorie. C’est donc en toute logique que le High Level Sports Unit (HLSU) a revu ses allocations à la baisse.
Cinquième à Abidjan
Le spécialiste du triple saut et recordman de Maurice (16m96) Jonathan Drack, qui vit et travaille en France, plus précisément à Toulouse, a connu le même sort que le boxeur St Pierre. Jonathan a connu des difficultés pour maintenir un certain niveau d’excellence depuis ce record national établi en 2015 lors du meeting de Castres en France. À ces JO d’ailleurs, le Mauricien n’avait pu atteindre la finale après avoir mordu la ligne par deux fois, dont un de un centimètre seulement alors qu’il était proche des 16m70. Au final, il avait réalisé 16m21, insuffisant pour accéder à une des finales de la plus prestigieuse des compétitions planétaires. Récemment aux Jeux de la Francophonie à Abidjan en Côte d’Ivoire, Jonathan Drack n’a pas été en mesure de hausser le ton. Qualifié directement pour la finale, il a fini cinquième avec une performance de 16m05.
En revanche, l’autre athlète de l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA), le marathonien David Carver, également un expatrié vivant en Australie dans les hauteurs de Melbourne, passe lui de la catégorie intercontinentale à celle de mondiale. Ce dernier était également présent lors des JO de Rio où il avait terminé 102e sur les 140 participants qui avaient terminé les 42 km. Il avait alors réalisé un chrono de 2h 26.16. Cette année, il était le seul Mauricien présent à Londres en Angleterre lors des Championnats du monde. Une compétition où il a cette fois terminé 61e sur les 71 coureurs qui ont pu boucler le parcours, alors que 27 avaient abandonné. De plus, avec un chrono de 2h 25.45, David Carver réalisait sa meilleure performance de la saison. À noter que le Mauricien détient le record national avec un chrono de 2h 18.20 réalisait à Hambourg en Allemagne et qui lui avait du reste permis de participer à ses premiers Jeux olympiques.
En athlétisme toujours, le recordman du poids (16m62 réalisé cette année en France), le Rodriguais Bernard Baptiste s’est vu reconsidérer et touche désormais une allocation mensuelle de Rs 11 500. Lors des derniers Jeux de la Francophonie, il a fait honneur au pays en décrochant la médaille de bronze avec une performance de 17m56. Ce qui constitue une bonne performance surtout par rapport au niveau du concours et ses objectifs qui étaient justement de pouvoir lancer au-delà des 17m50. Le sprinteur Orwin Emilien et spécialiste du 400m fait son entrée directement dans la catégorie intercontinentale et percevra une allocation de Rs 16 000 mensuellement. Étudiant aux États-Unis depuis plusieurs mois, Orwin Emilien a terminé à une marche du podium (47:20) lors des derniers Jeux de la Francophonie, alors qu’il avait facilement dominé ses adversaires en demi-finale.
Noemi Alphonse toujours mondialiste
Soulignons que la handisportive souffrant d’un handicap physique, nommément Noemi Alphonse, reste dans la catégorie mondiale pour la période juillet-septembre 2017. Cette dernière, il convient de le souligner, avait participé aux récents Championnats du monde de l’International Paralympic Committee à Londres en Angleterre. Elle s’était qualifiée dans cinq épreuves (100m, 200m, 400m, 800m et 1500m) et dans lesquelles elle avait auparavant battu les records nationaux. Le handisportif Denovan Rabaye, souffrant lui d’une déficience intellectuelle, est également en hausse dans la catégorie intercontinentale avec une allocation mensuelle, tout Ashley Telvave, en athlétisme toujours, qui se retrouve dans la catégorie continentale avec une allocation de Rs 9 500 mensuellement. Idem pour le sprinteur Rosario Marianne qui souffre d’une déficience visuelle.
Le troisième et dernier sportif de la catégorie mondiale est le tireur Fabrice Bauluck. Médaillé d’or lors de la Coupe du monde de cette année en Hongrie, il prépare actuellement sa participation aux Championnats du monde de novembre en Hongrie. Il convient de souligner que Fabrice Bauluck fait partie des quelques rares sportifs à être demeuré très longtemps au plus haut niveau, d’où sa place dans la catégorie mondiale. Il est d’ailleurs toujours resté dans la catégorie des moins de 54 kg de ses débuts tout comme James Agathe chez les moins de 81 kg. Ce dernier, battu en quart de finale lors de la World Cup récent en Pologne, prépare aussi les Championnats du monde. Il se retrouve dans la catégorie intercontinentale et perçoit mensuellement une allocation de Rs 23 000.