Le leader du MMM s’est, ce samedi, élevé contre le fait que la motion du député de l’opposition, Adrien Duval, ait été rendue caduque par la Speaker de l’Assemblée nationale, mardi au parlement.

“C’est clair qu’il s’agit d’un coup monté”, a déclaré Paul Bérenger face à la presse, rejoignant le député Duval dans ses propos.

Le Chief Whip du gouvernement, a relaté Paul Bérenger, leur avait assuré mardi que la motion de Duval serait débattue “à n’importe quelle heure”. C’est-à-dire, « même à 3-4h du matin ».

« An li mem fer sa mosion la pass 3-4h gramatin li enn abu », a souligné Paul Bérenger, en citant la loi. La motion de Duval, a-t-il insisté, « aurait dû être prise avant le 2nd reading ».

Or, à peine le député Duval s’était-il levé de son siège que, après des tractations de Francisco François et de l’Attorney General, “la Speaker a immédiatement ‘move’ la motion d’Adrien Duval”.

Cette décision, a estimé Paul Bérenger, va “à l’encontre de la section 17 du Standing Order” de l’Assemblée nationale, qui revient sur l’arrangement des travaux parlementaires. Mais prend aussi à contre pied l’Interpretation and General Clauses Act, qui concerne les motions de ‘disallowance’, comme celles de Duval.

Le leader du MMM a qualifié d‘ »inacceptable » le fait de « massacrer la motion de Duval ». Et d’ajouter : « un Speaker digne de ce nom aurait suspendu la motion pour quelques minutes ».

« La Speaker a violé les Standing Orders et, je n’ai pas peur de le dire, a comploté avec le gouvernement », a-t-il déclaré.

« Electoraliste ».

D’autre part, Paul Bérenger prévoit que le Budget 2019/2020 – encore au stade de consultations – servira de tremplin au gouvernement pour les élections générales. « Tout indique que ce sera un budget électoraliste ». Quant à la tenue d’une partielle, comme annoncé par le Premier ministre, le leader du MMM est d’avis qu’il s’agit d’un « bluffe ».

Il a, en outre, relevé l’importance de la réunion de l’Assemblée générale des Nations unies le 22 mai, lors de laquelle sera considérée la motion de Maurice sur les Chagos. Paul Bérenger a dressé un parallèle entre ce cas et celui quasi similaire qui avait opposé le Nicaragua aux Etats-Unis en 1986.

Plus loin, Paul Bérenger est revenu sur l’appel d’offres de la STC pour l’affrètement de produits pétroliers à Maurice. Il s’est élevé contre « sa zafer gard sekre san appel d’offres ». Et a plaidé pour un « retour » vers l’ancien système de 1982.

Enfin, il a recommandé que le gouvernement fasse « enn zafer spesial dan enn ka spesial » au sujet de la demande de Jane Constance pour l’obtention d’une bourse d’études à l’étranger. Réclamant au passage une déclaration de la ministre de l’Education.

Par ailleurs, Paul Bérenger a tenu à saluer le peuple sud-africain pour « cette façon exemplaire dont les élections se sont déroulées ». Et a félicité Cyril Ramaphosa pour son accession à la présidence de l’Afrique du Sud.