Ranini Cundasawmy, aux côtés de son époux et entraîneur, Patrick, a pu faire flotter le quadricolore à Bangkok

La tireuse Ranini Cundasawmy s’est rendue en Thaïlande le 10 mars dernier malgré l’annulation de la 17e édition des championnats du monde de muay-thaï, qui devaient avoir lieu du 11 au 20 mars. Cette rencontre où elle devait être en action devait se tenir à Ayutthaya. Elle a été reportée en raison de la pandémie de Covid-19. Ces championnats devaient également être suivis d’un camp d’entraînement d’un mois. C’est dans cette optique que la tireuse a quand même fait le déplacement. Malheureusement, il a été écourté de deux semaines en raison du nombre de cas qui a commencé à grimper dans la ville de Bangkok.

En attendant, Ranini Cundasawmy s’entraîne sous la férule de son entraîneur et époux Patrick dans l’appartement où ils résident. « Nous avons appris le report des championnats du monde deux semaines avant l’échéance. Cependant, comme mon sponsor, Ishan Shivanand, avait déjà tout finalisé, ils m’ont conseillé d’aller profi ter du camp d’entraînement malgré tout, car la situation n’était pas alarmante là-bas. Je leur suis reconnaissante d’ailleurs, car malgré le conf nement et le nombre de jours additionnels où je dois encore rester, ils ont tout financé », fait ressortir Ranini Cundasawmy. Cette dernière aurait dû être de retour au pays depuis le 8 avril. Elle souligne que ces deux semaines ont été fructueuses principalement avec les partenaires d’entraînement qu’elle a eus, parmi le champion du monde de boxe anglaise Oscar de la Hoya et la formation avec l’entraîneur Master Toddy. Ranini Cundasawmy en a profi té pour perfectionner sa technique pour les différents styles de boxe qu’elle pratique, mais surtout le muay-thaï.

En ce qui concerne le confinement en Thaïlande, Ranini Cundasawmy souligne que la situation est stable dans le village où elle se situe, à Bearing. Les habitants respectent le confinement et les mesures sanitaires. Des tests sérologiques sont pratiqués sur une grande masse de gens, y compris à Bearing, où aucun cas de Covid-19 n’a été détecté jusqu’à présent. « Dans la province où je suis, aucun cas n’est à déplorer. Dans la ville de Bangkok, les cas avaient commencé à prendre un peu d’ampleur, mais la situation redevient stable. Hier, il n’y a eu que neuf cas comparé aux 25 que l’on avait par jour à un moment. Le mass testing se fait en Thaïlande, c’est rassurant » , confie Ranini Cundasawmy.

La tireuse soutient qu’elle profite de ce confinement pour prendre un peu plus de temps de récupération après les entraînements, chose qu’elle a du mal à faire comme il se doit à Maurice. Une fois de retour au pays, elle compte continuer ses entraînements et entraîner ses élèves. « Entre-temps, nous nous entraînons avec les boxeurs de mon club, le Bambous Martial Arts Sports Club, par vidéo. Nous avons lancé un petit concept de A nou fouette di sang également accessible au public, pour des entraînements à faire chez soi. Vous pourrez y apprendre quelques techniques de base, très faciles, de la boxe et plusieurs exercices de cardio pour garder la forme pendant ce confinement. Les vidéos durent une trentaine de minutes », laisse entendre Ranini Cundasawmy.