À exactement un mois du scrutin pour les élections municipales dans les cinq villes, l’état-major politique des deux principaux blocs, soit l’alliance Ptr/PMSD et le Remake 2000 MSM/MMM, met actuellement les bouchées en prévision de l’échéance du Nomination Day du 21. En fin de matinée, les dirigeants du MMM et du MSM se sont réunis pour poursuivre les consultations en vue  de la répartition des investitures entre les deux partis. D’autre part, l’exercice obligatoire d’enregistrement des partis et des groupes contestant les élections municipales aux termes de la nouvelle Local Government Act 2011, a démarré ce matin. Il devra se poursuivre demain avec l’alliance Ptr/PMSD et le Remake 2000 MSM/MMM ayant pris rendez-vous avec la Commission électorale pour demain, le temps que les instances dirigeantes des partis politiques ne se réunissent pour avaliser la participation à ces élections municipales. À la fermeture des enregistrements pour les élections villageoises, 420 groupes sont en lice pour le scrutin du 2 décembre dans les 130 Village Council Areas.
En marge de ces municipales, les dirigeants du MMM et du MSM, qui s’étaient réunis mercredi à la résidence du leader de l’opposition, Paul Bérenger, ont eu une nouvelle séance de travail en fin de matinée. Le principal item à l’ordre du jour de la réunion reste les investitures sous le Remake 2000 MSM/MMM. Lors de la réunion de mercredi, le MSM s’est retrouvé en présence d’une série de propositions venant du MMM.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes indiquent que le MMM a fait comprendre à son partenaire que « le MMM pou gard so bann bastion dans les villes » avec des répercussions au niveau des candidatures du MSM dans certains arrondissements urbains. Cette situation devra se confirmer à Beau-Bassin/Rose-Hill où le MSM pourra représenter une infime minorité sur la liste du Remake 2000 pour les 18 sièges à pourvoir au sein du conseil municipal.
Dans le meilleur des cas, le MSM pourrait bénéficier d’au moins une investiture dans chacun des huit wards urbains avec également une présence renforcée à Vacoas/Phoenix pour la lutte avec l’alliance gouvernementale dans la reconquête de cette ville. À Curepipe et à Quatre-Bornes, le MSM se verra allouer au moins une dizaine de candidatures. Le décompte final des investitures confirmera que la répartition de 50/50 des 90 tickets dans les villes au sein de l’opposition ne sera pas de mise comme l’affirme le leadership du MMM depuis le début des discussions sur la question.
Dans les rangs du MMM, l’on se refuse de se laisser entraîner dans cette « logique arithmétique électorale » à ce stade des échanges. Les délibérations du jour devraient permettre aux deux partenaires du Remake 2000 d’apporter des précisions quant à leurs Expectations dans cette conjoncture électorale. « La qualité, la valeur et le rayonnement des candidats au niveau de leurs régions respectives sont autant de facteurs cruciaux entrant dans la mise au point de la liste des candidats », fait-on comprendre dans les rangs du MMM à ce stade.
Par ailleurs, la journée de demain s’annonce des plus actives dans les deux principaux camps en vue de procéder à l’enregistrement des partis. Dès 10 h demain, le Premier ministre et leader du parti Travailliste, Navin Ramgoolam, réunira le comité exécutif du Labour au Square Guy Rozemont, pour avaliser la décision et la résolution visant à participer aux prochaines élections municipales en alliance avec le PMSD. L’exécutif de ce dernier devra en faire de même dans la matinée.
Les dirigeants du Labour et du PMSD prévoient de se rendre au QG de la Commission électorale à la mi-journée pour les besoins d’enregistrement. Ensuite, à partir de 14 h, les membres du Campaign Committee de l’Alliance gouvernementale se réuniront pour élaborer les détails et les étapes de la campagne municipale. Quant à la liste des candidats Ptr/PMSD pour les cinq villes, le leadership de ces deux partis devra se rencontrer pour les détails.
Par ailleurs, les instances dirigeantes du MMM, dont le comité central, se réuniront demain pour ratifier la décision de la participation du Remake 2000 pour les élections municipales. Le MSM devra en faire de même. Les représentants de ces deux partis ont pris rendez-vous avec la Commission électorale pour l’enregistrement officiel demain après-midi.
L’enregistrement des partis pour les municipales a démarré ce matin et l’une des premières formations à se faire inscrire est Les Verts Fraternels de Sylvio Michel. La matinée a été quelque peu calme ce matin à la Commission électorale, qui se prépare déjà à faire face à un rush final juste avant la fermeture de demain.
Hier après-midi, le commissaire électoral, Irfan Rahman, accompagné de ses plus proches collaborateurs, a eu une première séance de travail avec les 30 Returning Officers désignés pour les municipales. Les premières consignes ont été émises avec pour objectif que ces élections se déroulent dans le strict respect de la loi. Dès ce matin, les Returning Officers sont descendus dans leurs wards urbains respectifs en vue de placarder les Notices officiels pour ces élections. Soulignons que la Commission électorale devra procéder au recrutement de quelque 6 000 fonctionnaires pour le déroulement du scrutin et du dépouillement les 9 et 10 décembre.
En ce qui concerne les élections villageoises, 420 groupes sont enregistrés formellement auprès de la Commission électorale. Huit groupes ont signifié leurs intentions de présenter des candidats, soit neuf par Village Council Area, dans les 130 villages avec les 412 répartis dans les différentes agglomérations rurales.
Suite à la contestation officielle logée par le MMM par le biais d’une correspondance signée conjointement de Rajesh Bhagwan et de Steve Obeegadoo au sujet de recrutements dans les municipalités, la Commission électorale a écrit officiellement à la Local Government Service Commission pour des précisions. La LGSC confirme que les derniers recrutements dans les municipalités remontent au 31 octobre et qu’à partir du 1er novembre, tout exercice d’embauche est gelé et que les interviews à la LGSC pendant la période électorale ont été annulées.