Avant de se rendre au nouveau spectacle musical que l’équipe de Tritonik est en train de préparer, on peut aller sur le net afin d’écouter et commander le premier disque du trio à travers zimbalam.com et d’en savoir plus sur eux grâce à Deezer. Pour le live, rendez-vous est donné par Culture event à la première et unique représentation du spectacle De Triton à Tritonik, qui va être livré le samedi 9 juin, à 20 h au Mahatma Gandhi Institute, à Moka. La danse sera de la partie avec Anna Patten et Sanedhip Bhimjee, le lyrisme avec Véronique Zuël-Bungaroo, la musique et le chant orientaux avec Artee Jankee. Les musiciens Kerwin Castel et Philip Thomas ont été invités.
Éric Triton et son trio Tritonik viennent d’entrer sur Deezer, le premier site d’écoute de musique à la demande en streaming, qui permet non seulement d’écouter les artistes, titres et albums favoris, mais aussi de créer et échanger des playlists à travers un catalogue riche de dix millions de titres ! Aussi, Project One, le premier disque du trio Triton, Ramchurn et Planel associé pour le live au percussionniste et bruiteur Chouck est-il en vente en ligne sur 16 plates-formes, telles qu’iTune, Amazon, VirginMega, Orange, SFR, Beezik, etc. Cette présence commerciale amplifiée est possible à travers zimbalam.com, émanation de Believe digital, une société spécialisée dans la mise en ligne des catalogues des maisons de disque traditionnelles.
Mais après plusieurs concerts à travers l’île, dont le dernier au Baz’art, une nouvelle adresse culturelle de Mahébourg, après aussi la tournée réunionnaise en cours, le grand événement du moment sera assurément le spectacle De Triton à Tritonik, le 9 juin au MGI. Éric Triton affiche régulièrement son aspiration à l’unité des peuples dans ses textes mais il prend aussi régulièrement des initiatives en ce sens dans son domaine, en développant des collaborations là où on ne l’attend peut-être pas toujours. Ce spectacle, qui fait appel à la danse, nous propose la rencontre de trois voix héritées de trois grandes écoles musicales : celle du blues et du séga avec Éric Triton, et le chant lyrique avec Véronique Zuël-Bungaroo et le chant oriental avec Artee Jankee. En plus de l’île Maurice avec ses expressions spécifiques, ces artistes ont en commun de s’être régulièrement prêtés à des expériences artistiques où le mariage des styles était assumé.
Nourritures terrestres…
Bien sûr comme son nom l’indique, ce spectacle vient aussi raconter le parcours d’un homme, d’un artiste. Le chanteur renouera en première partie avec l’époque où sa voix et son style ont surpris le public mauricien, alors qu’il montait seul sur scène avec sa guitare, sa voix si particulière et son agréable audace. En créant, les artistes ne refont-ils pas incessamment l’histoire de leur vie ? S’ils livrent leur vécu en pâture, ne cherchent-ils à soulager et à agrémenter la vie de chacun ? Par-delà la biographie ou l’anecdote, dans ce parcours du « kwen legliz » à Tritonik, chacun cherchera un peu de nourriture et de poésie. Parions que l’humour et la sincérité du chanteur associés à la magie du live l’emporteront dans cette démarche.
Ces deux heures trente de live prévoient en deuxième partie, des échanges avec les danseurs de l’Art Academy, Anna Patten et Sanedhip Bhimjee, dont les gestes accompagneront les vocalises de la soprano et de la spécialiste de la musique indienne qu’est Artee Jankee. Certains se souviendront par exemple de Khat’azz et d’une version tout à fait étonnante de Carmen. Cette rétrospective s’achèvera en troisième partie avec les dernières créations, les morceaux de Tritonik, cette petite formation à concevoir comme une force synergique à laquelle d’autres artistes sont appelés à se joindre. Kerwin Castel apportera sa science des percussions, de la ravanne et du « rouler ». Et Philip Thomas imprégnera certainement le spectacle de son feeling tout en subtilité.