Certains le disaient en difficulté après sa volte-face de la dernière minute. Mais Alan Ganoo (20 631 voix) a fait taire les mauvaises langues en balayant l’opposition d’un revers de la main dans une circonscription qui l’a toujours chéri et qu’il n’a lui-même jamais quitté depuis 1982. Mieux, le «dinosaure» du N°14 Savanne/Rivière-Noire a porté sous ses ailes les deux néophytes de l’Alliance Morisien de la région, Sandra Mayotte (18 204) et Prakash Ramchurrun (15 833), qui inaugurent de la meilleure façon leur députation. Le premier des battus, Ezra Jhuboo (15 648), de l’Alliance Nationale, député sortant n°2 du scrutin 2014, rate le podium de 185 voix, tandis que la chef de file du MMM, Jasmine Toulouse (12 868), se retrouve derrière le trio de l’AN au septième rang.

Avec ses 47 470 votants de jeudi, issus de la plus grande des circonscriptions du pays en termes de superficie (320,34 km2), la tendance 2019 a été respectée, ou presque, pour l’Alliance Morisien. Dès 14h30, à la première d’une série des trois pointages étalés sur une très longue journée comptable, Alan Ganoo s’était déjà solidement positionné en véritable patron. Mais le vieux brisquard de la politique se montrait prudent. « N’allez pas vite en besogne. Le chemin est encore très long », nous avait-il lâché après ce premier décompte, alors que le sourire était sur les lèvres de ses deux colistiers en dépit de leur première expérience électorale.

Des 7 206 votes acquis sur 16 470 bulletins dépouillés dans les 30 counting units qu’abrite la Gaulette GS, Ganoo accentuait très vite l’avance qu’il portait à 16 298 votes sur 37 333 bulletins au deuxième pointage aux alentours de 16h50. Un score qui assommait littéralement son adversaire direct, l’Alliance Nationale. Ezra Jhuboo, qui avait flairé le mauvais coup, s’éclipsait tranquillement, non sans nous lâcher furtivement son état d’âme : « Il semblerait que les jeux sont faits. Bonne chance au prochain gouvernement. »

Les dès jetés, Ganoo s’en allait signer une neuvième victoire aux législatives, Sandra Mayotte confirmait son deuxième rang par une grande première, suivi dans la foulée du troisième candidat de l’AM, Prakash Ramchurrun, qui devient lui aussi député pour la première fois de sa jeune carrière politique.

Jasmine Toulouse (MMM) : « Les électeurs ont décidé autrement »

« Pour ces élections, je pensais que le MMM allait avoir un meilleur résultat dans cette circonscription. Nous avons été présents sur le terrain, mais les électeurs en ont décidé autrement. »

Jean-Jacques Arjoon (Indépendant) : « L’histoire se répète »

« Je pensais qu’il y aurait des votes partagés, mais il faut croire que certains électeurs ne veulent pas changer le système politique. Je prends le retour des résultats avec sérénité, car c’est le choix du peuple. Désormais, je prendrai du recul pour savoir si je continuerai dans cette voie, mais mon travail dans la région ne s’arrêtera pas là. »

Étienne Sinatambou (Campaign Manager AM) : « C’est la persévérance qui a payé »

« C’est la persévérance qui a payé. Je dois féliciter mes trois camarades du parti qui se sont montrés très proches des habitants de la région Savanne/Rivière Noire et ils récoltent ce qu’ils ont semé. Malgré le fait qu’il y ait eu la candidature de deux néophytes, ils ont été sous les ailes d’Alan Ganoo, et les habitants ont placé leur confiance en eux. »

LES TROIS ÉLUS

L’incontournable Alan Ganoo !

37 ans maintenant qu’il côtoie ses mandats dans la circonscription n°14. Un record pour Alan Ganoo, 68 ans et assurément un député pas comme les autres. Cet avocat, révélé comme le plus jeune Speaker (31 ans) jamais en poste à l’Assemblée nationale — suivant sa première élection comme député en 1982 — a occupé les fonctions de ministre de la Justice (1991), du Logement (1995), des Services des Utilités publiques (2000 à 2005). Secrétaire général du MMM, puis leader adjoint et également leader de l’opposition (durant la convalescence de Paul Bérenger), avant de claquer la porte du MMM en 2015 pour former le Mouvement Patriotique et rejoindre à la veille des élections l’Alliance Morisien. « Malgré les fortes rumeurs dès le début de la campagne, je savais que j’avais fait le bon choix et que mon électorat était derrière moi. Je n’ai jamais douté de ce 3-0 au N°14. Aujourd’hui, je vis un de mes plus beaux jours de ma carrière de politicien. On disait que j’étais un homme fini sans le MMM. Je le prouve autrement. 2019 a été la plus challenging de mes 10 campagnes. J’étais l’homme à abattre. Je savoure donc cette victoire qui confirme que je suis une personnalité incontournable au N°14 et dans l’ensemble du pays. Le temps maintenant est au travail avec le leader Pravind Jugnauth. Nous avons la volonté, l’effectif et la vision nécessaires pour avancer. »

Sandra Mayotte, une nouvelle aventure

Chanteuse, animatrice et Chairperson du National Women Entrepreneur Council, Sandra Mayotte (49 ans) est désormais élue à la circonscription N°14. Une nouvelle aventure qu’elle dit prête à entamer. « Cela a été une campagne difficile et intense par rapport à la superficie du N°14 et chaque jour était précieux. J’ai travaillé jusqu’aux petites heures du matin afin de pouvoir rencontrer les habitants de cette circonscription. Je dois dire que je suis fière et heureuse pour ce beau classement et maintenant les choses sérieuses commencent. On devra retrousser nos manches pour pouvoir aider la population. Ce sera une aventure formidable, mais je ne baisserai pas les bras et je ferai mon maximum pour le pays », fait-elle ressortir.

Prakash Ramchurrun dans la lumière

Après avoir suivi des études à Dublin en Allemagne en 2013 et décroché un MBA en General Business, c’est en 2014 que Prakash Ramchurrun (42 ans) se lance dans la politique en 2014. Alors conseiller du ministre Soodesh Callychurn, soit au ministère du Travail, celui-ci se voit cinq ans plus tard parmi les trois élus de son parti, l’Alliance Morisien, aux cotés d’Alan Ganoo et Sandra Mayotte. « Je pense que le travail que j’ai effectué à mon ancien poste a séduit le Premier ministre, Pravin Jugnauth. Je me suis retrouvé dans une équipe formidable, avec un mentor à la tête. Pour le moment, je n’ai pas vraiment parlé du choix du domaine que j’aimerais occuper, car cela est le rôle du Premier Ministre. Quelle que soit sa décision, je servirai le peuple dignement », fait ressortir Prakash Ramchurrun.