À Maurice, le succès sur le fil du Sud-Africain Chad Le Clos au 200 m papillon, hier soir à l’Aquatic Centre de Londres, possède une résonance particulière. Ce jeune nageur de 20 ans, qui a eu le mérite de dominer l’Américain Michael Phelps en réalisant un chrono de 1’52”96, est en effet né de parents mauriciens.
Ses parents Bertrand et Géraldine se sont établis en Afrique du Sud depuis quelques années déjà. De son côté, son grand-père Guy était marié à Claude Giblot Ducray, qui n’est autre que la soeur de Paul Giblot Ducray, lui-même un féru du sport et figure populaire à Curepipe où il dirigeait à l’époque le gymnase Discobole.
Très fier de la prestation de son petit neveu, Paul Giblot Ducray souligne avoir vécu intensément cette finale. « Le papillon est une nage très dure et je considère la prestation de Chad comme un exploit. D’autant qu’il est mince, comparativement aux autres nageurs de cette finale qui étaient plus volumineux. Battre Phelps n’est pas donné à n’importe qui, et au niveau de la famille à Maurice, nous ressentons certainement un immense bonheur. »
Paul Giblot Ducray se rappelle vaguement de la dernière visite du nouveau médaillé d’or olympique à Maurice, alors qu’il était encore enfant. « Je crois comprendre que c’est un garçon très doux. Toutefois, ses parents préféraient se retrouver au bord de la mer lors de leur séjour à Maurice. Par contre, son père se déplace assez régulièrement chez nous. »
En remontant le passé, Paul Giblot Ducray se souvient également d’Henri Le Clos, oncle de Chad, qui était à l’époque recordman de Maurice du lancer du poids. Comme quoi, la chose sportive est sacrée chez les Le Clos.