La demande d’extradition de l’ancienne partenaire de Navin Ramgoolam, Nandanee Soornack, logée par Maurice auprès des autorités judiciaires en Italie, revient à l’avant-plan en ce début de semaine. Une mission d’urgence menée par l’assistant commissaire de police, responsable du Central CID, Heman Jangi, sera dépêchée en Italie dans les heures qui suivent en vue de consultations à suivre par rapport au rapatriement de cette femme d’affaires, politiquement controversable, impliquée dans une série de délits criminels sous la Prevention of Corruption Act (POCA), dont le scandale des commissions de Rs 100 millions versées par Dufry sous le contrat alloué par Mauritius Duty Free Paradise Ltd. Entre-temps, toujours concernant la Navin’s Coffers Saga avec l’opération Lakaz Lerwa Lion, l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, est retourné ce matin au QG du Central CID pour être confronté aux dernières allégations portées contre lui par l’ancien ministre Mahen Gowressoo et le Permanent Secretary à la retraite, Rechad Hosany.
Après consultations au plus haut niveau au sujet de la décision des autorités en Italie de lever l’ordre de résidence surveillée contre Nandanee Soornack depuis son arrestation le 16 avril dernier, une mission du Central CID a été désignée pour effectuer le déplacement en Europe dans les meilleurs délais. Les premières informations disponibles à la mi-journée indiquent que cette délégation devra comprendre l’ACP Jangi, qui supervise depuis le début de l’année la série de High Profile Probes, avec pour suspects l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, l’homme d’affaires le plus puissant, le Chairman Emeritus de BAI, Dawood Rawat, avec un empire de Rs 35 milliards.
À ce stade, aucune autre information n’a transpiré, notamment les attributions de cette mission de haut niveau ou encore la date de départ, annoncée pour les prochaines 48 heures. La décision derrière ce développement est le fait que depuis la fin de la semaine dernière, Nandanee Soornack, qui a quitté Maurice le 11 décembre dernier, soit le jour de la proclamation des résultats des législatives, avec sa petite fille Xara, bénéficie de liberté de mouvement en Italie vu que les contraintes de la liberté surveillée ont été enlevées formellement.
Difficile à dire si la mission de l’ACP Jangi est de plaider auprès des autorités italiennes le rapatriement de Nandanee Soornack dans les meilleurs délais. Des sources officieuses indiquent que ces derniers dix jours, des Investigating Officers du Central CID ont fait le va-et-vient auprès des magistrats en vue de bénéficier d’un nouveau Warrant of Arrest axé sur deux nouveaux délits d’influence sous la POCA et de Conspiracy for Money Laundering dans l’acquisition du domaine Maingard à Floréal pour la somme de Rs 30 millions.
À la fin de la semaine dernière, le mandat d’arrêt contre Nandanee Sornack n’avait pas encore été avalisé formellement. L’interrogatoire de l’ancien partenaire d’affaires de Rakesh Gooljaury s’avère être de nature cruciale dans l’enquête sur les commissions de Rs 100 millions versées par la société Dufry en Suisse à Nandanee Soornack, qui pourrait dévoiler les dessous de cette opération de corruption, susceptible de rattraper de manière irréfutable Navin Ramgoolam, Laurent Obadia, un ressortissant français également au centre du scandale de BAI, et un dénommé Franck Gleeson. La base des accusations se trouve sous la forme de versements bancaires dans des comptes opérés en Suisse, avec une dernière transaction en janvier de cette année, soit après les dernières élections générales et le départ de Navin Ramgoolam du Prime Minister’s Office.
D’autre part, depuis ce matin, Anil Bachoo passe un mauvais quart d’heure entre les mains des limiers de la Cyber Crime Unit du Central CID dans l’enquête sur le contrat-jackpot de Rs 10 milliards au groupe Betamax. L’ancien n° 4 du gouvernement Ramgoolam est confronté aux allégations du tandem Gowressoo/Hosany au sujet de son « involvement » quant aux procédures et des dispositions de la Public Procurement Act en vue de favoriser le groupe d’affaires, dirigé par Vikram Bhunjun.
Anil Bachoo, qui est accompagné de ses conseils légaux, dont Me Yatin Varma, était arrivé aux Casernes centrales très tôt et l’interrogatoire ne devait pas prendre fin avant cet après-midi. Il est déjà sous le coup d’une double inculpation provisoire depuis le mois de juin dernier.