Après les points de sutures au bébé de Rannoo pour avoir reçu un coup de scalpel alors que sa mère accouchait de lui, le cas d’un autre bébé brûlé au 2e degré à l’hôpital de Flacq interpelle. Le premier enfant des Beeharee, de Belvédère, a dû être amputé de deux doigts de sa main droite, jeudi. Ses parents, sous le choc, ne comprennent pas comment l’hôpital a pu commettre une telle erreur qui a fait que non seulement leur petite fille de quatre jours a été brûlée au 2e degré sur la partie droite de son corps, au lendemain de sa naissance, suivant l’opération qu’elle a subie et son placement dans un incubateur. Et qu’il a fallu, pour éviter des complications, qu’on lui sectionne deux de ses doigts. Ce cas provoque la consternation et la colère des membres du personnel hospitalier, public et privé, ainsi que de la population qui ne comprend pas comment ces “erreurs” sont arrivées. D’autant qu’il s’agit de plusieurs cas de négligences médicales alléguées: quatre rapportés en une semaine.?
Ramdharry Beeharee, 37 ans, est plus qu’inquiet. Si sa petite fille est née dans la soirée du dimanche 21 avril à l’hôpital de Flacq, elle a depuis été transférée à l’hôpital du Nord, puis à l’hôpital Victoria. Née à terme, la petite a dû subir, le lendemain de sa naissance, une intervention au niveau des intestins et a été brûlée au 2e degré à l’hôpital de Flacq, alors qu’elle avait été placée en incubateur à la suite de l’opération. C’est dans le désarroi total que ce père apprend la terrible nouvelle, raconte-t-il. Le lundi 22 avril, lorsqu’il rend visite à sa femme Manisha et à leur bébé tant attendu, elle lui apprend que leur fille doit subir une intervention car elle a, selon les médecins, un problème avec ses intestins. Ainsi, dans l’après-midi, il rend visite à sa femme une nouvelle fois et apprend que le bébé a été placé en incubateur en raison de l’intervention chirurgicale subie. Mais dans la soirée, un ami présent à l’hôpital de Flacq lui apprend que son enfant est sur le point d’être transféré à l’hôpital du Nord. Lorsqu’il se rend à l’hôpital de Flacq, le lendemain matin, pour voir sa femme et s’enquérir de la situation, les médecins lui apprennent que l’hôpital du Nord dispose d’appareils plus sophistiqués pour prendre en charge son enfant. Une fois à l’hôpital du Nord, les médecins lui demandent de les rencontrer avant qu’il ne voie son bébé. Et c’est là qu’on lui apprend que son bébé a été brûlé au 2e degré.?
Des brûlures  sur la main droite et le pied droit
Un choc terrible pour ce père qui attendait depuis longtemps la venue de son premier enfant. “Zot inn dir moi mo bébé finn brûlé boucou lor so lamain droite ek so lipié droit”, raconte-t-il. Bouleversé, il demande à voir immédiatement son enfant. Mais le bébé étant enveloppé de bandages en raison des brûlures, Ramdharry Beeharee n’a pu voir son état exact.?Il a simplement reçu l’assurance des médecins que son opération chirurgicale s’était bien déroulée. Ainsi, pour comprendre comment son bébé a pu être brûlé au 2e degré, le père se rend à l’hôpital de Flacq. Selon lui, comme explications, le directeur de l’hôpital, le Dr B. Ori, lui a dit: “Ou zenfan inn gagn enn ti rougeur letan inn mett li dans incubateur après so lopération.”?Mais lorsqu’il retourne à l’hôpital du Nord pour voir son bébé, d’autres médecins lui diront que l’enfant a été si gravement brûlé qu’il faudra lui amputer deux doigts pour éviter les risques d’infection.
Ce deuxième choc est encore plus terrible pour Ramdharry Beeharee. Il n’en revient pas! “Li pa facil pou mwa. Mo bouleversé terrib. Mo madam so latet fatigué. Tou ti ok pendant so grossesse. Couma zot inn kapav bril li ek aster pe bizin coup so de ti lédoi?”, dit-il. Vendredi, lorsqu’il se rend à l’hôpital du Nord, on lui apprend que pour de meilleurs soins, sa petite fille va être transférée à l’hôpital Victoria. Si sa femme, qui a eu sa décharge de l’hôpital de Flacq, a pu voir leur fille, vendredi après-midi, elle devait être admise à l’hôpital Victoria afin d’allaiter son enfant qui commence à prendre quelques forces.?
Pour les Beeharee, cette situation n’est pas normale. “Nou napli conné ki pou fer… Pour l’instant, nou pe pens zis la santé nou bébé. Nou premier zenfan sa. Nou très inquiets pou li. Après nou pou okip lopital”, dit le père. Entre-temps, Ramdharry Beeharee a fait une déposition pour négligence médicale à la station de police de Flacq, contre l’hôpital. Une enquête policière a démarré. Parallèlement, de sources sûres, on apprend que?la direction du centre hospitalier de Flacq a initié une enquête pour statuer les responsabilités. Un rapport devra être soumis au ministère de la Santé dans les prochains jours. ?