Le projet National Institute for Civic Education (NICE) sera renouvelé cette année, avec la participation d’environ 400 jeunes élèves de Form IV des établissements scolaires public et privé de Maurice et de Rodrigues. Le coup d’envoi des activités sera donné le 2 décembre. La cérémonie de clôture, elle, est prévue le 12 décembre à l’auditorium de Mahatma Gandhi Institute, à Moka. A la clé : une remise de certificats aux participants.
Le projet NICE a été lancé l’année dernière sur une base pilote et a touché environ 200 élèves de Form IV. Initié et piloté par le Bureau du Premier ministre – en collaboration avec les ministères de l’Éducation et de la Jeunesse et des Sports, ainsi que la Police et l’Institut pédagogique –, ce projet vise à mettre en place un programme innovant, visant à amener les citoyens à manifester une véritable fierté pour la patrie.
Selon le coordonnateur du projet, Yugesh Panday, le projet NICE a été un franc succès l’année dernière : « Le but est que les jeunes puissent parler fièrement de ce qui définit Maurice, de voir comment ils portent leur pays dans leur coeur et de savoir ce qu’ils peuvent faire pour leur pays », explique-t-il. Un certificat de participation sera remis aux participants. « Cette initiative vise à les valoriser en tant que champions du changement. On veut une nouvelle génération ayant un sens des responsabilités vis-à-vis de leur prochain et de leur pays », dit-il.
Cette année, le programme et le plan de mise en oeuvre ont été modifiés, et le projet a été décentralisé au niveau des institutions scolaires avec deux fois plus de participation. Le coordonnateur du projet avance que la décentralisation du projet a pour objectif de valoriser les collèges et d’accorder une responsabilité accrue au personnel de l’éducation pour être des partenaires sérieux du projet. Ainsi, 100 élèves proviennent de chacune des quatre zones éducatives.
Le programme sera axé sur trois volets : formation ; insertion dans le monde du travail ; et résidentiel. Dans la zone 1, la formation et les exercices visant à renforcer l’esprit d’équipe se tiendront au Droopnath Ramphul State College ; dans la zone 2, au Queen Elizabeth College ; dans la zone 3, au France Boyer de la Giroday State Secondary School ; et dans la zone 4, au Sir Abdool Raman State College.
Du 2 au 6 décembre, la formation comprendra des séances interactives, participatives et expérimentales sur quatre thèmes : « Pays » (« Connaître mon pays »), « Communauté » (« Mes confrères mauriciens »), « Société » (« Ensemble pour une Maurice meilleure »), et « Individuel » (« Oui, je peux ! »).
Les jeunes se familiariseront ensuite avec les quatre principales catégories : individuel, communautaire, social et national. Le volet individuel englobe le leadership, la créativité, un style de vie sain, le développement durable et les compétences entrepreneuriales. Le volet communautaire, lui, a trait à l’unité dans la diversité et la promotion d’une coexistence harmonieuse. Le social couvre le comportement civique, l’abus de substances, la prévention de la victimisation, la « cyber intimidation » et la responsabilité. Et, enfin, le volet national concerne l’histoire, la démocratie et le nation building.
Les 9 et 10 décembre, les participants seront placés dans diverses organisations où ils pourront se familiariser avec des secteurs clés tels les secteurs de services, l’environnement, les médias, l’agriculture, les petites et moyennes entreprises, le service public, la police, les prisons, et les services sociaux, entre autres. Le projet prendra fin avec un séminaire résidentiel le 11 décembre. Les filles seront logées au Pointe-Jérôme Youth Training Centre alors que les garçons, eux, le seront à l’unité de la garde-côte nationale au Chaland. Les organisateurs tiennent à rassurer les parents sur le fait que les autorités ont pris toutes les mesures afin d’assurer la sécurité des jeunes. Un système de SMS a été mis en place dans chaque centre de formation et les cadres des ministères participant au projet ainsi que les policiers sont sur le terrain en vue de s’assurer que tout se déroule dans les meilleures conditions.