Fini le temps des discussions pour les sinistrés du cyclone Berguitta, qui résident au centre de St-Malo à Baie du Tombeau. Les neuf familles ont été expulsées du centre ce mardi car le délai qui leur avait été accordé pour évacuer les lieux a expiré.

Les neuf familles ont d’abord tenté de résister aux forces de l’ordre. Mais elles ont été contraintes d’abdiquer après la venue de sept vans transportant plusieurs membres de la Special Support Unit.

Désormais, ces familles dans la détresse n’ont nulle part où aller. Leur condition précaire ne leur permet pas d’acquérir un logement. Regroupées au Jardin de la compagnie, ces familles comptent y passer la nuit.

« Nous prenons notre matelas et nous nous rendons au Jardin de la compagnie parce que nous n’avons aucun endroit où aller Nous faisons tout de même le nécessaire avec la NHDC et le NEF. Cela fait quelques années que je suis membre au PEL (Plan d’épargne logement). », explique Stéphanie Hall, une des réfugiés.

Solidarité

En charge des opérations sur place, le surintendant Feroz Paraouty a maintenu que l’évacuation a eu lieu sans incidents.

« C’est le bon sens et le dialogue qui a prévalu aujourd’hui. Les personnes ont d’ailleurs elles-mêmes choisi où conserver leurs effets personnels après l’évacuation », affirme le surintendant Paraouty.

Mais pour Stéphanie Hall, c’est un autre son de cloche. Selon elle, des habitants de la localité ont gentiment accepté de garder leurs affaires dans leur cour, en attendant qu’une autre solution soit trouvée. Une aide que les sinistrés accueillent volontiers.

« Depuis que nous sommes au centre, nous n’avons pas eu aucune allocation et nous n’avons d’ailleurs rien demandé non plus. Certaines personnes pensent que nous recevons Rs 5 000 par mois du gouvernement, alors que c’est faux. Nous n’avons aucune allocation et nous nous débrouillons par nos propres moyens », indique Stéphanie Hall.

L’emplacement d’une maison où résider 4 familles avant que celle-ci soit détruite dû aux inondations

À savoir que les autorités leur avaient donné jusqu’à dimanche pour évacuer le centre. Les sinistrés du centre de jeunesse de Tranquebar, du centre social de Bambous, du Community Centre de Beau Séjour et du Communituy Centre de Vallijee ont eux été évacués hier.

Au total, 26 personnes ont été contraintes de quitter les centres pour trouver un toit ailleurs. Par elles-mêmes.

Aucun incident n’a été a déploré durant ces évacuations en présence des autorités et d’un agent de développement communautaire du ministère d’Egalité des genres.