La teneur de l’affidavit, qui devait être juré en cours de journée par Hussein Abdool Rahim, agent immobilier et Punter chez BET365, dévoile dans les moindres détails la Swiss Connection attribuée à l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo. Dans ce document légal, qui devrait servir de base pour une déposition formelle en vue de réclamer de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) une enquête sous la section 49 (1) du Prevention of Corruption Act au sujet d’une « financial structure through the setting up of overseas bank accounts, namely in Dubai and Switzerland, in order to vehiculate and legitimise funds », toute l’opération « Dhobi de Klas » avec la participation alléguée de Ravi Yerrigadoo, de l’homme d’affaires et blanchisseur de profession, Sylvio Sundanum, et de l’homme de loi et main droite de l’Attorney General, Me Dick Kwan Tat, sans compter un des Advisers à l’Attorney General’s Office, est étalée au grand jour. Toutefois, le dénommé Hussein Abdool Rahim, qui confirme avoir eu des démêlés avec la justice dans une affaire Swindling de Rs 500 000, prend pour cible l’Attorney General en soutenant dès les premiers paragraphes de l’affidavit que « I verily believe that Hon. Ravi Yerrigadoo went beyond his duties in issuing documents, facilitating procedures for me, drafting my request for variation order, and giving instructions on setting-up of bank accounts abroad. »
Les détails des connexions alléguées de Ravi Yerrigadoo avec la haute finance en Suisse sont révélés avec le voyage effectué à Genève en mars de cette année en vue d’ouvrir des comptes en Suisse pour un montant de 2,5 millions d’euros sur la base de Fake BET 365 Receipts fabriqués en présence de Hussein Abdool Rahim dans les bureaux de Sylvio Sundanum de Dry Cleaning Ltd en février dernier. Comme déjà indiqué, cette tentative d’ouvrir un compte à la Compagnie Privée de Conseils et d’Investissements SA (Suisse) n’avait pu être menée à bout en raison du fait que le Punter de 365Betting était en situation illégale en Suisse vu qu’il voyageait avec un Restricted Passport ne l’autorisant à voyager qu’en France, en Grande-Bretagne et à Dubaï.
La teneur des échanges d’une cordialité extrême entre les clients mauriciens et la haute hiérarchie de cette institution de placements bancaires devrait se révéler extrêmement embarrassante et compromettante pour ce membre du gouvernement de Pravind Jugnauth. Avec une éventuelle déposition à l’ICAC, intervenant dans les prochaines 48 heures, une des premières explications attendues de l’Attorney General tournera autour de ses contacts et de ses relations avec ces banquiers suisses. Arrivant par train à Genève de Lyon pour éviter tout contrôle de passeport à la frontière franco-suisse, le dénommé Abdool Rahim, qui était accompagné de Me Kwan Tat et de Sylvio Sundanum, avait rendez-vous au siège de cette société bancaire.
L’objectif était d’ouvrir des comptes en Suisse au nom de Sylvio Sundanum et Abdool Rahim. Ils furent reçus par le Deputy General Manager, André Himmelberger, avant d’être introduits au Chief Executive Officer, Nabin Jean Sab. Les indications sont que tout avait été « already set up » par l’Attorney General. La phrase de bienvenue du CEO suisse aux trois Mauriciens est des plus explicites : « Ravi talked to me. Let’s start ». Très vite, le compte au nom de Sylvio Sundanum fut ouvert sans aucune difficulté.
Mais tel ne fut pas le cas pour ce qui est d’Abdool Rahim. Le Deputy General Manager suisse devait se rendre à l’évidence que ce dernier était en situation illégale en Suisse puisque son passeport ne l’autorise qu’à voyager dans les trois pays susmentionnés. Après des conciliabules entre les deux banquiers, le problème fut exposé à la partie mauricienne. Il était possible d’exécuter la transaction bancaire au nom d’Abdool Rahim car techniquement il ne pouvait être en Suisse. « J’avais dit à Ravi (Yerrigadoo) de faire très attention et si nous avions ouvert ce compte, quels problèmes nous aurions eu. Even talking on the phone is risky. J’ai maintes fois répété cela à Ravi ».
Sur ce, les Mauriciens, dont Sylvio Sundanum et Abdool Rahim, devaient rallier Nice par train alors que Me Kwan Tat avait prolongé son séjour en Suisse. Mais avant d’atterrir en Suisse dans le cadre de l’opération Dhobi de Klas, le trio de Bet365 a transité à Dubaï pour ouvrir des comptes. Dans sa déposition à venir à l’ICAC, il devait révéler comment le document signé de l’Attorney General en date du 10 mars déclarant que « there is no legal impediment to M. Mohamad Hussein Abdool Rahim lawfully receiving any stakes due to him from BET365. I am providing this letter as a formal clearance in respect of M. Mohamad Hussein Abdool Rahim. I can be personally contacted should any other clarification be required », a été utilisé pour ouvrir un compte le 13 mars pour Sylvio Sundanum à l’Emirates NCD Bank à Dubaï.
D’aucuns affirment que cette lettre du 10 mars 2017 signée de Ravi Yerrigadoo constitue non seulement une Prima Facie Piece of Conviction pour tout éventuel délit de trafic d’influence, est également une usurpation flagrante des pouvoirs et prérogatives du Director of Public Prosecutions. Seul ce dernier est habilité à émettre des Certificates of Character ou encore des certificats de moralité en bonne et due forme. La question qui se pose est quel est l’intérêt de l’Attorney General pour outrepasser ses droits et prendre de tels risques, sachant très bien que le Punter de BET365 fait l’objet de poursuite au criminel pour le délit de Swindling ?
Une partie de la réponse pourrait se trouver dans les paragraphes de l’affidavit. Le paragraphe 16 définit l’objectif du mécanisme, soit que « Sylvio Sundanum (présenté comme un très proche de Ravi Yerrigadoo et habitant le même complexe de Kensington Gardens) had expressed the idea of me helping him to obtain gain receipts from Bet365 to normalise some undeclared funds which he claimed to be in possession of. » Pour concrétiser ce projet, Abdool Rahim affirme que « my role would be to act as betting advisor and operator on this account and fructify the balance. My current Bet365 account would also be credited by Sylvio Sundanum and I had to fructify the balance. The process was started as early as March 2017 through various deposits and bets placed. I aver that the initial setup of laundering was through authentic bets. The strategy for the first method has been betting on extreme favourite teams to ensure winning. »
Le volet des dénonciations au sujet de la provenance des fonds à être blanchis à travers BET365 s’avèrent être encore plus Damning pour tous ceux, qui d’une façon ou d’une autre sont associés à ce complot en col blanc. « A second method of laundering was discussed in the presence all parties. This would imply fake Bet365 receipts sent through fake bet365 email addresses hosted by the provider gmail.com. One of the fake Bet365 receipt of € 2 354 350 was fabricated in my presence in February 2017 at the office of Sylvio Sundanum. This fake receipt was associated to my Bet 365 account. I verily believe that this sum was going to be obtained from other sources by Ravi Yerrigadoo and Dick Kwan Tat. I verily believe that many fake Bet365 receipts, associated to the account of Sylvio Sundanum have been fabricated. The modus operandi would then be about amalgamating the fake receipts and the authentic activity of the accounts, and an official letter from the Attorney General to convince banks that the deposits can be safely accepted », soutient-il en substance dans l’affidavit, qui comporte plusieurs autres aspects, qui devront techniquement faire l’objet d’enquête de l’ICAC alors que l’Attorney General aurait déjà constitué un panel de conseils légaux et politiques pour tenter une riposte à la Swiss Connection de l’opération « Dhobi De Klas ».
L’affidavit est accompagné d’une série de pièces jointes, dont des messages sur WhatsApp démontrant des échanges entre les protagonistes, des tickets de train entre Lyon et Genève, puis Genève et Nice de même que des photos prises à l’étranger à l’occasion de ces déplacements.