Le conflit opposant le MJS (ministère de la Jeunesse et des Sports) et le COM (Comité olympique mauricien) au cours de ces derniers mois n’a pas projeté l’image qu’on aurait voulu avoir du sport mauricien. Au cours de cette guéguerre justement, le mouvement sportif aura assisté, à travers la presse, à de virulent échange entre le ministre Devanand Ritoo et Philippe Hao Thyn Voon, président du COM. Cet paradoxe est sans aucun doute le plus médiatisé que le sport mauricien aura connu au cours de ces dernières années. Certes, il y a eu, dans le passé des conflits entre l’ancien ministre Michael Glover et le président du CNOM d’alors, Chintamun Rambocus. Mais jamais ce conflit avait pris une telle ampleur à travers la presse.
Tout a commencé à partir du bras de fer entre la présidente de la FMN (Fédération mauricienne de Natation), Doreen Tiborcz, et le ministre Devanand Ritoo, sur le maintien de la tenue des élections de cette fédération pour le 20 janvier dernier, alors que le ministre avait maintenu sa position à l’effet qu’il ne revenait pas à la présidente de convoquer cette assemblée générale élective. « Au nom de l’indépendance des fédérations » disait-il, le président du COM s’est invité à la polémique et a même pris position en faveur des démarches de Doreen Tiborcz. Commença alors un véritable bras de fer entre Devanand Ritoo et Philippe Hao Thyn Voon.
Ce débat est même descendu à un niveau très bas et le moins que l’on puisse dire, c’est que tous les coups étaient permis. Ce conflit a atteint son paroxysme avant le départ de la délégation mauricienne aux Jeux olympiques de Londres, en Angleterre. En effet, sur la liste des invités au rassemblement organisées par le ministère de la Jeunesse et des Sports, au Labourdonnais Hotel, au Caudan, à Port-Louis, la natation n’était pas invitée, en particulier Doreen Tiborcz et l’entraîneur national Souriendra Seebaluck. Ce qui n’avait pas plu au président du COM qui décidait tout bonnement de bouder cette rencontre en guise de mécontentement.
A Londres, les choses ne devaient pas pour autant connaître un « cooling down » et même pour ce qui est de la rencontre organisée par le représentant de la FINA (Fédération internationale de Natation) entre les deux hommes. Après des tergiversations de part et d’autres, Devanand Ritoo et Philippe Hao Thyn Voon se sont finalement retrouvés à la même table pour tenter une sortie de crise. Il n’empêche que malgré cela et ce, même si les relations se sont détendues depuis entre les deux hommes, on ne peut en dire autant pour ce qui est du problème entourant l’assemblée générale élective de la FMN.
Qui a raison ou qui a tort dans ce conflit ? On laissera le soin aux sportifs, aux dirigeants et à nos lecteurs avisés de tirer leurs propres conclusions. Car à notre niveau, nous avons, à maintes reprises, fait part de notre position sur la question et aussi sur ce dossier brûlant qu’est l’assemblée générale élective de la FMN. Il n’empêche que ce bras de fer entre les deux hommes fort du sport local est venue démontrer une chose, voire confirmer une réalité que Week-End a archi-commenté: Le sport mauricien souffre d’un mal chronique et que la majorité de ses dirigeants, du plus « petit » au plus « grand » n’ont malheureusement pas bougé le petit doigt pour apporter cette bouffée d’air frais qui permettra au sport de retrouver ses lettres de noblesses. Espérons tout simplement que 2013 sera meilleur et sera surtout porteur de bon sens pour les dirigeants qui arriveront enfin à réaliser ce dont pourquoi ils ont été élus !!!