Il a frappé fort, Owen Griffiths, propriétaire du parc de La Vanille. Dans son musée La Terre Perdue du Dodo, il ne manquait que les ossements du dronte. C’est chose faite depuis quelques jours. Par souci de la protection du patrimoine national, La Vanille a acquis des éléments de squelette, pelvis, vertèbres, os d’aile et de patte en Grande-Bretagne. Après 150 ans d’absence et avec l’autorisation des autorités mauriciennes, ils ont à présent regagné la terre natale.

Reconstruction du dodo
avec quelques ossements
authentiques

L’histoire du dodo est restée ancrée dans la mémoire de tous les Mauriciens. Cet oiseau emblématique de Maurice est devenu le symbole même de l’extinction. Owen Griffiths confie au Mauricien que les os du dronte ont été achetés au Royaume-Uni d’un scientifique âgé qui fait autorité dans le domaine des oiseaux disparus. « Il avait acquis les os depuis de nombreuses années auprès d’autres amateurs de dronte. Les os provenaient tous du site fossilifère de la Mare-aux-Songes et ont été exportés et vendus au Royaume-Uni dans les années 1860.

S’il y a un message à faire passer, c’est que nous devons chérir et protéger nos écosystèmes fragiles et la faune sauvage qu’ils renferment comme s’ils avaient déjà disparu. Comme morts comme un dronte, ils ne peuvent être restaurés ! » En ce qui concerne l’illustration grandeur nature du squelette du dodo Raphus cuculatus, rappelons que cette reconstruction est basée sur celui le plus complet du monde se trouvant au Musée d’histoire naturelle de Port-Louis. Il fut recueilli par Étienne Thirioux en 1894 dans une vallée à l’arrière de la montagne du Pouce. Thirioux était barbier et travaillait dans un salon de Port-Louis. Il passait son temps libre à rechercher des fossiles dans les vallées aux environs de la capitale. C’était un naturaliste passionné et il souhaitait que sa collection fût étudiée de manière scientifique.

D’ailleurs, la plupart de ses spécimens furent envoyés à Paris et à Cambridge en Angleterre où ils se trouvent actuellement. Thirioux proposa toute sa collection à Alfred Newton, professeur à Cambridge, mais l’offre de £20 de Newton était si dérisoire que Thirioux décida de la proposer au Musée d’histoire naturelle de Port- Louis pour £100. Cependant, il était très mécontent du traitement réservé à ses spécimens et il décida quelques années plus tard de racheter à ses frais la plupart des fossiles et de les envoyer gratuitement à Cambridge.

Alfred Newton honora la découverte de Thirioux dans un article où il orthographia maladroitement son nom en Thirion. Vers 1913, ce dernier s’installa à Rodrigues pour rejoindre son fils et mourut à Port-Mathurin le 11 juin 1917. L’immense collection de fossiles mauriciens de Thirioux, incluant le dodo, reste le plus important vestige de la faune de Maurice. Les Mauriciens peuvent profiter des tarifs promotionnels pendant les vacances scolaires pour découvrir les ossements de dodo à La Vanille Nature Park dans le musée Le Monde Perdu du Dodo. La promotion sera valable du 2 novembre au 13 janvier 2019. Les tarifs sont de Rs 240 pour adulte et Rs 120 pour les enfants de 3 à 12 ans.