Devant la poursuite des travaux d’agrandissement de la Salle des Fêtes du Jardin du Pavillon, Quatre-Bornes, les opposants à ce projet de la municipalité, regroupés au sein du Regroupement Citoyen de Quatre-Bornes, envisagent maintenant de se tourner vers la justice pour obtenir l’arrêt de ces travaux. Ils estiment que ce projet dégrade cet espace vert de la Ville des Fleurs.
« Nous mobilisons les habitants de la région afin qu’ils puissent entreprendre des démarches légales pour contrer ce projet qui ne respecte pas l’environnement et les règles de constructions », affirme au Mauricien Bruno Savrimootoo, porte-parole du Regroupement Citoyen de Quatre-Bornes (RCQB). Il affirme que les autorités municipales n’ont ni affiché le panneau habituel pour indiquer qu’il y aurait une construction, ni organisé une rencontre avec les habitants de la localité pour discuter de la pertinence du projet. « Tout cela me semble illégal », s’exclame-t-il.
Pour rappel, dès qu’ils ont constaté, il y a presque un mois, le début des travaux de construction au Jardin du Pavillon, avec notamment le déracinement de la pelouse, un groupe de citoyens s’est constitué en un groupe de pression pour préserver le cachet vert de ce jardin. Ils se sont baptisés RCQB.
Leur porte-parole a déclaré au Mauricien avoir noté hier que les ouvriers s’apprêtaient à couler les fondations du bâtiment (voir photo). « La municipalité de Quatre-Bornes a donc décidé de poursuivre le bétonnage du Jardin du Pavillon, faisait fi de la protestation de ses administrés contre un projet qui va réduire davantage les espaces verts d’une ville que nous osons appeler la Ville des Fleurs », s’indigne-t-il.
« Nous n’acceptons pas d’être, encore une fois, victimes du manque de vision des autorités et encore moins de perdre des milliers de pieds carrés d’espace vert d’un des plus beaux jardins de notre pays à la veille de notre fête d’indépendance, à cause du manque d’égard de ces mêmes autorités pour la préservation de l’environnement », lance Bruno Savrimootoo sans décolérer.
Le porte-parole du RCQB a signifié l’intention de son groupe d’interpeller le Deputy Prime minister et député de la circonscription, Xavier-Luc Duval, sur la poursuite des travaux. « À travers sa conseillère, Mme Poonum Thylam, Monsieur Duval nous avait promis qu’il s’assurerait que tout soit fait dans le strict respect de l’environnement et dans l’intérêt même des habitants de Quatre-Bornes », rappelle-t-il.
Or, selon Bruno Savrimoooto, ce projet de la MQB d’ériger un bâtiment en béton insonorisé de milliers de pieds carrés pour les fêtes ne respecte ni la nature verte du site, ni l’environnement sportif du complexe qui s’y trouve, et encore moins la tranquillité du voisinage. « C’est révoltant de se voir ainsi confisquer un des plus beaux jardins de Maurice et cela à la veille de la célébration de l’accession de notre pays à l’indépendance durant laquelle on chantera à tue-tête “In Peace Justice and Liberty” », ironise-t-il.
« Pour que ces mots aient un sens, il faut d’abord que les gens puissent vivre en paix, sans avoir à être à l’affût de panneaux qui indiqueraient l’accaparement de leur jardin parce que la Municipalité veut gonfler ses caisses de billets. Ensuite qu’il y ait justice pour tous, car ce projet est illégal parce que personne n’a été informé au préalable et que la municipalité a fait fi de nos pétitions contre ce projet ; et enfin, que les gens soient libres de choisir un mode de vie qui serait dans l’intérêt durable de leurs enfants, ces mêmes enfants de l’île Maurice de demain », conclut Bruno Savrimootoo.