Les habitants de Cité EDC à Pamplemousses ont désormais un endroit où les mamans peuvent laisser leurs enfants pour aller travailler. Le centre d’éveil Arche de Noé de Caritas vient d’ouvrir ses portes dans la localité.
Grâce au soutien du Lions Club de Pamplemousses et la collaboration de plusieurs entreprises du secteur privé, Caritas a ouvert un nouveau centre d’éveil à Cité EDC, Pamplemousses. Ce concept d’encadrement de la petite enfance est maintenant répandu dans une vingtaine de régions à travers le pays. Caritas île Maurice a constaté, il y a quelques années, que l’un des problèmes liés à l’échec scolaire des enfants en situation d’extrême pauvreté était qu’on les propulsait directement en primaire sans avoir pu passer par l’étape primordiale de la maternelle.
Le centre d’éveil vise à apprendre la socialisation aux enfants et leur donner les bonnes bases pour entrer en maternelle. Selon Sabrina Utile de Caritas, ce concept a fait ses preuves, notamment à Roche-Bois où il existe un centre depuis cinq ans. « On peut voir comment les enfants sont épanouis et sont plus aptes à entrer en maternelle. Nous faisons d’ailleurs un suivi afin de nous assurer que ces enfants continuent leur épanouissement. »
Sabrina Utile ajoute que le centre d’éveil, qui accueille des enfants de deux ans, permet aussi de repérer des troubles chez l’enfant. « Parfois, il y a des parents qui ne se sont jamais rendus compte que leur enfant avait un problème. Au centre d’éveil, nous pouvons repérer ces problèmes et aider l’enfant. »
Pour le président du Lions Club de Pamplemousses, Jocelyn Barbe, le centre d’éveil apporte du bonheur et des promesses d’avenir aux jeunes de la localité. Une vingtaine d’enfants en bas âge sont ainsi accueillis à l’Arche de Noé quotidiennement.
Danielle Marina du comité de quartier de Cité EDC Pamplemousses explique qu’une telle initiative était attendue depuis longtemps. « Ce centre d’éveil contribue au progrès de l’endroit », souligne-t-elle. Et d’ajouter que le centre représente un soulagement pour beaucoup de familles. « Non seulement les mamans pourront aller travailler mais beaucoup d’enfants qui n’avaient rien à manger le matin ont désormais un petit-déjeuner et un repas chaud à midi », précise-t-elle.
Les centres d’éveil concernent les familles vivant sous le seuil de pauvreté. Les parents n’ont souvent pas d’argent pour payer l’école maternelle qui coûte au minimum Rs 650, alors que l’allocation mensuelle de l’État est de Rs 250.