Pierrot Ravina et son fils Patrick ont récemment lancé leur deuxième album intitulé Si pena dilo. L’opus, qui s’inspire du vécu de Pierrot, comprend huit morceaux dans des styles variés, allant du séga au seggae, en passant par le zouk et le reggae. Au final, l’album se révèle intéressant avec des mélodies qui accrochent.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, Pierrot Ravina est un musicien et chanteur qui gagne sa vie en se produisant dans les hôtels. Voilà plus de trente ans que le natif de Cité Briqueterie exerce ce métier. Il a joué pour l’orchestre Mercenaire avant de se mettre à son propre compte. Aujourd’hui, il est à la tête d’un trio comprenant son fils Patrick et Eldiana. Ces deux-là sont omniprésents sur cet opus, Patrick au clavier et au synthé et Eldiana au chant. Marjorie Marianne alias Sista Queen et SaraJane Delphine apportent également leurs contributions vocales.
Mélodieux.
Les mélodies se laissent écouter facilement, quel que soit le style. Dansantes, agréables aux oreilles et parfois surprenantes, celles-ci reflètent l’expérience du musicien d’hôtel qui sait comment captiver une audience.
En huit titres, on découvre un compositeur animé par un fort désir de s’exprimer. Chacun des morceaux raconte des expériences vécues par Pierrot Ravina, de la simple anecdote à des piques lancées à ceux qui n’ont pas cru en lui et à sa capacité à vivre de sa musique et de la partager avec le public. “Je me suis inspiré de mon propre vécu pour écrire la plupart des morceaux. Je suis content du résultat. J’ai pu créer ce que je voulais.” Les autres chansons parlent de la société et de ses fléaux.
Intervenant cinq ans après un premier opus, Si pena dilo est le fruit d’un travail acharné qui a débuté il y a tout juste un an. Pierrot Ravina confie que c’est surtout un manque de temps qui l’a empêché de sortir d’autres albums. “Notre premier album, Made in Mauritius, avait bien marché. Si nous n’en avons pas lancé d’autres, c’est parce que, ces dernières années, j’étais très pris avec mon travail. Depuis quelque temps, je suis un peu plus libre. Je me suis donc mis à l’écriture de ces morceaux et nous avons pu lancer l’album.”
Entente.
Il fait de la variété quand il exerce son métier, mais Pierrot Ravina avoue qu’il est un grand fan de hard rock et de jazz. “Parmi mes groupes préférés, il y a Deep Purple, Pink Floyd, ainsi que le guitariste Al Di Meola, entre autres. Dans l’hôtellerie, le hard rock ne marche pas, le jazz un peu. Mais il est indéniable que les gens préfèrent la variété, et l’on se doit de donner aux gens ce qu’ils veulent.”
Son fils Patrick suit ses traces. Ce dernier souligne que c’est un avantage de travailler aux côtés de son père. “J’ai tout appris de lui et l’entente est excellente entre nous. Après mon SC, j’ai commencé à travailler avec lui et c’est un gros plus pour moi. Sortir des albums est une expérience qui vous fait grandir musicalement.”