« Kisannla inn amenn Soley dan nimero 1 ? » Amère, Sheila Grenade n’a pas ménagé son ancien parti, le MSM, pour expliquer lors d’un point de presse hier aux côtés de son époux, Ruben Grenade, et de nombreux membres du Régional orange du Ward 1 de Port-Louis, les raisons de sa démission de ce parti, survenue mardi. Reprochant au MSM son « ingratitude répétée », elle a remercié en revanche les militants du MMM pour leur soutien au N°1. Mme Grenade nie avoir été approchée par le Ptr. Toutefois « si dime, le Premie minis fer apel a moi, mo pou tou letan la pou servi lepep ».
« Le MSM n’existait pas dans le Ward 1. Après tout ce que nous avons fait pour y mettre en place une structure orange, ce n’est que maintenant que je réalise que nous n’avons pas notre place au MSM », a déclaré Sheila Grenade, qui met au défi quiconque de dire en quoi elle a failli dans ses responsabilités au sein de son ancien parti. « Il y a eu trop d’humiliations. Kan ou eli ou bon ; kan ou napa eli ou nepli bon. MSM pa kapav servi N°1 a sak foi ki zot dan dife. Pa pran nou pou larzan kontan ». Énumérant les « humiliations » subies, elle allègue avoir été écartée de la première conférence de presse du Remake 2000, d’avoir été placée au dernier rang sur l’estrade du meeting du 1er-Mai ; qu’en tant que membres du Bureau politique, son époux et elle n’ont pas été informés lorsque SAJ, le leader du Remake, avait demandé la liste des candidats potentiels au N°1, ni été impliqués dans l’organisation du meeting du 19 octobre à Plaine-Verte…
La non-investiture de son époux aux élections municipales alors même que le 31 octobre, le président du MSM avait téléphoné à ce dernier après la réunion des états-majors du Remake pour lui dire qu’il allait être candidat, est le coup de grâce. « Ala so bann mo exact : “Paul Bérenger inn aksepte to kandidatir dan Ward 1. Met to lekip dibout vit parski zafer pou bien so”. » Elle affirme avoir reçu le plein soutien des militants du MMM du N°1. « Mo remersie zot. Zot ti pre pou travay avek Grenade. » Puis samedi dernier, le coup de fil de Pravind Jugnauth pour annoncer à Ruben Grenade « ki pa pou kapav met li kandida. Enough is enough ! », a tonné Sheila Grenade. Pour cette dernière, « li kler kifer MSM pa interese ek N°1 », où dit-elle une poignée de personnes « oule pran pouvoir o detriman bann militan fidel ». Elle déclare qu’à sa démission, Joe Lesjongard l’avait prévenue « me mo napa ti kroir. Mo ti respir oranz, leve oranz, dormi oranz… ». Et d’ajouter : « Lantouraz Pravind na pa bon. Marke garde, Remake pa pou tini lontan », prévoyant d’autres démissions dans les rangs du MSM.
Aux questions de la presse pour savoir si le leader du MMM aurait objecté à l’investiture de Ruben Grenade, elle a précisé : « Mo pa kapav akiz Paul Bérenger ni MMM ki ti pré pou akeyir nou. » Elle nie avoir été approchée par le Ptr, mais ajoute que « si dime, le Premie minis fer apel a moi, mo pou tou letan la pou servi lepep. Mo pa trouve kifer mo bizin refize si lezot pa rekonet mo konpetans », rappelant que son beau-père, feu Yves Grenade, « ti vinn de la famiy travayis ». Toutefois, souligne-t-elle, « si mo pre pou aksepte, mo pa dimann narnye ».
Élue aux municipales de 2000 sous la bannière MSM, Sheila Grenade a été conseillère avant d’occuper de 2001 à 2003 le poste d’adjoint au Lord-maire d’alors, Moorgesh Veerabadren. En 2005, elle brigue pour la première fois les suffrages à des élections générales dans la circonscription N°1 (GRNO/Port-Louis Ouest) et est élue députée en deuxième position, occupant par ailleurs le poste de Special Adviser auprès de la ministre Leela Devi Dookun à la Sécurité sociale. Aux élections générales de 2010, elle se présente sous la bannière de l’Alliance de l’Avenir dans cette même circonscription mais est battue, arrivant en quatrième position. Le revers est double puisque Michaël Sik Yuen, qui s’était enregistré comme candidat de la Population générale à ces élections, la prive du siège de député correctif qui autrement aurait dû lui revenir sous le Best Loser System.
Pour sa part, Ruben Grenade, qui était jusqu’ici membre du BP orange et président du régional MSM au N°1, a occupé le poste de président de la Mauritius Meat Authority de 2000 à 2005.