Les Mauriciens n'ont pas fait le poids face aux Sud-Africains

Le match aller de Futsal comptant pour les préliminaires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2020 a tourné à la correction pour la sélection nationale de Futsal, lourdement battu par l’armada sud-africaine sur le score de 6 buts à rien, avec notamment un triplé du numéro 10, Quincy Thamsanqa Ngcobo.

Le match s’est tenu samedi au gymnase de Phoenix à 18h30. Déjà, cette première manche s’annonçait très compliquée contre les Bafana Bafana qui étaient considérés  comme archi favori. À la mi-temps, le score était déjà très lourd pour nos représentants qui en avaient pris 4. Les 5 titulaires mauriciens étaient Jonathan Jhoomuck (15), Abdulla Aslam (8), Mohamed Nuckcheddy (10), Aurélien Perle (6) et Ijaaz Mustun (5). Les remplaçants étaient Futloo Junaid (2), Muhammad Jamalkhan (1), Antoaroo Nawez (4), Murugan Vythilingum (3), Sarah Speville (11), Rose Pierre (12), Budally Farhaan (13), Rawat Houmayd (17), Gungaram Tiyankesh (14), Robin Nurjandoa (16) et Gerald René (9). L’entraîneur de cette formation est le Brésilien Paulo Eduardo de Jesus Pinho. À noter que le technicien auriverde demeure une référence sur la scène internationale en tant que joueur, qu’entraîneur. Il a d’ailleurs engrangé beaucoup de trophées. Toutefois, malgré son CV, il n’a pu éviter à son équipe de prendre une raclée. Si avec les Brésiliens, le ballon et eux ne font qu’un, nous avons l’impression que pour Maurice, le ballon et nous, ça fait deux. Est-ce normal ?

D’autant que la sélection avait été battue il y a quelques semaines face à l’AS Malherbes 3-2. Quoi qu’il en soit, bravo auxSud-Africains qui ont déjà deux pieds et 9 orteils au prochain. La manche retour est programmée pour ce mercredi 30 octobre au Orlando Community Hall, à Soweto. La dernière sortie des locaux remonte à mars 2018, avec l’International Mauritius Challenge Cup où Maurice était monté sur la 3e marche du podium. Le capitaine mauricien, Mohamed Nuckcheddy avoue, « Dans ce match, après les quatre buts en première période, nous nous sommes dits que nous devrions limiter la casse. Leur niveau était plus fort que nous. Nous nous sommes entraînés mais nous manquons d’expérience notamment au niveau des contrôles, de la technique. C’est une nation qui connait le haut niveau, ayant affronté l’Egypte, le Mozambique ou encore la Zambie. En terre Sud-Africaine, nous essaierons de tout donner, et ce, en mettant la pression d’entrée. 

De toute façon, nous n’avons pas le choix. Nous allons maintenant visionner la vidéo avec le coach et constater nos failles. Il faudra définitivement montrer un autre visage là bas. »

De toute évidence, que pouvons nous faire d’autre sinon y croire…