Des proches de Jean Aldaut Salmine, âgé de 26 ans, habitant cité EDC Riambel, réclament une enquête policière pour situer les responsabilités du décès de ce détenu à la prison de Beau-Bassin. Il avait été condamné le 13 janvier dernier à 40 jours de détention pour un cas de Breach of Habitual Criminal Regulations alors que la police enquêtait sur une série de cas de cambriolage impliquant ce suspect.
Jean Aldaut Salmine, qui avait été incarcéré à la prison de Beau-Bassin, est décédé dans la matinée. L’examen post-mortem, pratiqué par le Principal Police Medical Officer, le Dr Maxwell Monvoisin, a attribué le décès à une septicémie. Des proches de la victime réclament une enquête des autorités en vue de déterminer l’origine des blessures au pied du suspect peu après son arrestation.
Du côté de la police, l’on rejette toute thèse de brutalité policière. Pour étayer leurs dires, les responsables de la police s’appuient sur une déclaration de la mère du prisonnier à l’effet que depuis le 13 janvier quand il boitait bas, il avait soutenu qu’il avait été agressé lors du cambriolage et n’était pas victime de brutalité policière.
Jean Aldaut Salmine avait été pris en flagrant délit lors d’un cambriolage  commis dans la soirée du 11 janvier au domicile d’un habitant de Riambel. Le policier mandé sur les lieux devait consigner dans son rapport des faits que le suspect portait de graves blessures au tibia droit, à l’oreille, au coude et à l’avant-bras gauche. Les proches se demandent si le prisonnier avait reçu des soins nécessaires pour ces blessures.