Photo illustration

Un établissement payant de la région sud, et géré par un organisme socio-religieux, a obtenu la bénédiction de la Private Secondary Education Authority (PSEA) durant l’année scolaire 2019 d’avoir une classe “Extended Stream” alors que d’autres collèges payants ayant fait pareille demande ont essuyé un refus catégorique des autorités. Les élèves de l’Extended Stream” de cette école ont obtenu aussi gratuitement les manuels scolaires fournis par la PSEA.

Cette décision de la PSEA en faveur de ce collège payant de la région sud pour inclure une classe “Extended Stream” suscite des réactions dans le secteur des établissements payants et parmi des officiers du ministère de l’Éducation. Au sein de la PSEA aussi, quelques personnes se posent des questions car, selon nos interlocuteurs, il y a un risque que l’école concernée fasse d’autres demandes d’aide pour ses élèves en “Extended Stream”.

« Kifer nou pa kapav ouver enn klas Extended ? Il y a définitivement une politique de deux poids, deux mesures de la part des autorités sur une question concernant l’éducation des enfants en difficultés d’apprentissage », lance avec colère le directeur d’un établissement payant situé dans une zone urbaine.

Selon nos renseignements, l’admission de ces élèves en “Extended Stream” dans cette école payante a amélioré légèrement sa population estudiantine, mais le nombre d’élèves est encore en dessous de la barre des 200 élèves. Selon nos informations, cet établissement aurait aussi fait une demande à la PSEA pour offrir des classes de HSC à partir de l’année prochaine, mais la PSEA n’a pas encore communiqué sa réponse car cette demande devrait être examinée lors de la prochaine réunion du board, et qui sera consacrée aux demandes de renouvellement de “Registration” des écoles pour la prochaine année scolaire.

Toutefois, au sein du secteur secondaire privé, certaines personnes suivent avec intérêt les différentes démarches de cet établissement payant envers les autorités et disent craindre que l’école en question ne devienne dans un proche avenir une “grant-aided school”, comme ce fut le cas d’un autre collège payant il y a quelques années sous le règne du PTr.