Nita Deerpalsing et Patrick Assirvaden ont évoqué samedi, lors d’une conférence de presse, le contrat des Smart ID Cards avec le gouvernement singapourien, la controverse de la nomination de Pietro Allata à la tête du Club M et les élections villageoises. Les deux députés rouges sont confiants pour les prochaines élections.
Le Parti travailliste en a assez des tentatives « zet labou » de l’opposition. C’est ce qu’ont soutenu samedi le président du Ptr, Patrick Assirvaden, et la responsable de communication des Rouges, Nita Deerpalsing, cette dernière abordant la dernière Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition sur le contrat de plus de Rs 1 milliard à une firme singapourienne pour les nouvelles cartes d’identité.
« Aster l’opposition pe rod fer enn tantativ pou zet labou lor gouvernman Singapour… Eski l’opposition pe rod fer krwar ki ena koripsyon dan gouvernman Singapour ? » a lâché Nita Deerpalsing. Elle a déclaré que c’est un « government to government deal », laissant entendre qu’il y a déjà eu cette pratique par le passé. Patrick Assirvaden a pour sa part ajouté que le gouvernement singapourien est connu pour sa transparence et sa rigidité face au crime et la corruption.
Élaborant sur les documents déposés par le député mauve Franco Quirin sur la controverse entourant la nomination de Pietro Allata en tant que directeur du Club M, Nita Deerpalsing est d’avis que l’opposition a fait grand bruit des rumeurs. Selon elle, Franco Quirin a déposé deux feuilles de papier qui ne sont pas des documents officiels. Elle a expliqué que le sceau apposé sur le document est celui du Registry. « Dire que le ministre Ritoo était au courant n’est que de la mauvaise foi », a-t-elle soutenu.
S’agissant des élections villageoises, qui auront lieu début décembre, Nita Deerpalsing et Patrick Assirvaden sont confiants. La responsable de communication est d’avis que la nouvelle loi apportera une meilleure représentativité féminine au niveau des décisions dans leur localité. La Local Government Act 2011 prévoit en effet au moins 30 % de représentation féminine pour les élections.
Patrick Assirvaden a souligné, lui, que toutes les cellules du Parti travailliste sont prêtes pour les villageoises. « Le Premier ministre décidera pour les municipales… Je ne vois pas où est le problème… Pourquoi sont-ils si pressés ? » a lancé le président du Ptr. Patrick Assirvaden est d’avis que l’opposition a peur et crie à la corruption électorale. « Zot pe rod exkiz avan koumanse ? » Il a fustigé Pravind Jugnauth qui demande à ce que le contrat des Smart ID Cards soit rendu public. « Kot contra France Telecom ? » a-t-il demandé. « Kan nou travay, tou proze zot met enn kal dan larou », a-t-il déclaré, en ajoutant que l’opposition fait tout pour stopper le développement du pays.
Patrick Assirvaden a finalement parlé du premier congrès aux Salines dans la circonscription N°1 (Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Sud), affirmant que c’était « un succès sur toute la ligne ». Selon lui, plus de 1 000 personnes étaient présentes mercredi dernier pour la rencontre des Rouges au Centre Jean Lebrun mais seulement 350 à Plaine-Verte du côté du Remake 2000. « Cela prouve que nous avons le soutien populaire… Le peuple est conscient que le gouvernement en place travaille pour lui. »
S’agissant des propos de sir Anerood Jugnauth lors de la dernière conférence du Remake 2000 avec Paul Bérenger selon lesquels « se nou ki pou amenn reform dan pei », Patrick Assirvaden est d’avis que durant leur dernier mandat, le MSM/MMM aurait pu, s’il le voulait, le faire tous les jours. « Ils avaient plus de trois-quarts des députés au parlement… Mais le MSM ne croit pas en la réforme électorale. Le MMM est l’otage du MSM », a-t-il soutenu.