L’édition 2012 du MCB Tour Championship (7 au 9 décembre) approche à grand pas. L’occasion pour Week-End de rencontrer la cheville ouvrière de l’organisation de cette compétition et aussi Head of International Division à la  MCB. Raoul Gufflet, qui est aussi golfeur de son état, souligne que plusieurs «améliorations sont prévues pour l’édition 2012.
—A un peu plus de deux mois de l’évènement, comment s’annonce le MCB Tour Championship 2012?
— Les préparatifs de l’édition 2012  vont bon train. Les équipes pluridisciplinaires de European Senior Tour, Constance Hotels et MCB sont désormais bien rodées, et tout le monde sait parfaitement ce qui doit être fait pour que l’évènement soit un succès , sinon mieux, que les années précédentes.
— Quelles sont les personnalités du golf international qui devraient participer à la présente édition ?
— La plupart des fines « clubs » qui nous ont honoré de leur présence au cours des trois dernières années ont d’ore et déjà répondu présent à l’appel de Constance Hôtels et de la MCB. Parmi eux, mentionnons  le vainqueur de l’édition 2011 et vainqueur de l’ordre du Mérite du Champions Tour americain et ancien Capitaine de l’équipe américaine de la Ryder Cup qui n’est autre que Tom Lehman. Il sera aussi rejoint dans l’aventure 2012 par Ian Woosnam, Sam Torrance, mais aussi David Frost, et Roger Chapman, qui a cette année ébloui le circuit Américain en remportant consécutivement l’US Senior Open et l’AS Senior PGAOpen.  Pour votre information Roger Chapman s’est déjà assuré le droit de lever, à la fin du MCB Tour Championship, le John Jacobs Trophy, récompense du meilleur de l’année. Nous travaillons également en collaboration avec European Tour sur la probable participation d’une ou deux stars Américaines dont nous ne dévoilerons les noms qu’une fois leur participation confirmée.
—  Quel bilan dressez-vous de la compétition de l’année dernière et quelles sont les améliorations prévues en 2012 ?
— La MCB s’est engagée dans le golf pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour assurer la promotion d’un sport qui se développe de plus en plus dans toutes les régions du monde, se démocratise de plus en plus, mais surtout, qui véhicule des valeurs d’intégrité et d’excellence, communes aux valeurs de notre Groupe. Par ailleurs, l’objectif était de nous positionner sur un sport qui a pris un nouvel essor grâce au développement de l’offre touristique à Maurice, à l’époque du développement des Integrated Resort Schemes (IRS).
Le bilan en ce qui nous concerne est positif à plusieurs niveaux. Le Groupe MCB se positionne comme un vecteur de promotion; une nouvelle corde à l’arc de l’industrie touristique avec la promotion de Maurice comme destination golfique alors que sur le plan domestique, la MCB, et plus particulièrement MCB Private Banking, se positionne comme la banque partenaire d’évènements sportifs de stature internationale.
De nombreuses améliorations sont prévues pour l’édition 2012 . Une formule revue et améliorée des compétitions privées MCB, mais aussi et surtout, une amélioration dans la qualité du parcours et de l’offre qui seront proposés aux joueurs professionnels afin de continuer à attirer, au cours des années à venir, des joueurs ayant une renommée de plus en plus importante, tout en préparant l’arrivée de stars du Tour réguliers approchant l’âge de 50 ans leur permettant d’accéder au Senior Tour.
—  Comment le MCB Open et le MCB Tour Championship ont-ils propulsé l’image de Maurice comme destination golfique sur le plan international ?
— Il n’y a qu’à voir l’engouement pour le golf à Maurice, le nombre de sacs de golf débarquant à l’aéroport international SSR pour constater que cette discipline a pris une dimension importante dans notre pays. La clientèle haut de gamme – bien que moins importante à mon humble avis que par le passé –  continue de choisir Maurice comme destination. Elle trouve à travers les nombreux parcours développés autour de l’île, un complément non négligeable au plaisir associé avec nos plages.
—  Le tourisme « golfique » est-il d’actualité à un moment où le tourisme mauricien ainsi que ses principaux marchés sont en crise ?
— Question difficile à laquelle il est difficile de répondre en quelques lignes. Le tourisme mauricien certes ne se porte pas aussi bien qu’il y a quelques années. L’offre a changé. Les conditions d’acheminement des touristes à Maurice et le prix du billet font que la destination n’est certainement plus aussi attrayante que par le passé. Le nombre croissant d’hôtels, en inadéquation avec le nombre de vols n’aide pas la destination Maurice. Mais je ne suis pas hôtelier et ne rentrerai pas dans la polémique. Tout ce que je sais, étant moi-même golfeur, et ayant eu la chance de jouer sur bon nombre de parcours,  c’est que le golfeur qui a les moyens de venir à Maurice, trouvera des parcours de qualités internationales, dans des hôtels de qualités et c’est sans doute la carte que certains groupes hôteliers ont voulu jouer en développant des parcours de golf autour ou dans leurs hôtels. Les chiffres parlent d’eux même : le golf est, qu’on le veuille ou non, un des, si ce n’est le sport, le plus pratiqué au monde. Les Européens le pratiquent assidument depuis des décennies. Les Asiatiques en sont extrêmement friands. Les classes émergentes africaines commencent également à pratiquer ce sport qui véhicule des valeurs fortes, et permet même – pour ceux qui ne veulent pas taper droit dans la balle – de faire des affaires en marchant en plein air.
Le golf, est, et demeurera à mon avis, une fois que  l’infrastructure routière autour de l’île aura été mise en place afin de permettre aux touristes de sillonner  l’île pour jouer sur tous les parcours au cours de la durée de leur séjour, un des importants vecteurs de développement de l’industrie touristique. J’en suis personnellement convaincu.