Photo @fFcebook : The Body Shop

Mado Parfums & Co Ltd, le franchisé exclusif de The Body Shop à Maurice, a ouvert la première boutique en franchise de The Body Shop, rue la Chaussée, à Port-Louis. Fort de l’expérience de leurs parents Daoud et Catherine Ingar au sein de leur entreprise Mado Parfums, les deux sœurs Sarah et Maryam ont à leur tour uni leur force pour aider les clients dans une expérience et prise de conscience d’achat unique. Cette fois, c’est à travers The Body Shop qu’elles viennent soutenir les initiatives de campagnes militantes de cette marque de beauté éthique, qui place la femme au cœur de ses projets.

Une des particularités de The Body Shop est que tous ces produits sont fabriqués à base d’ingrédients naturels avec un engagement de respecter les codes environnementaux. Proposant environ 700 produits, The Body Shop est la première marque internationale de cosmétiques à s’attaquer au problème de l’expérimentation animale pour les produits cosmétiques. À travers “Forever Against Animal Testing”, The Body Shop a mené la plus grande campagne en faveur de l’interdiction de l’expérimentation animale. Avec leur partenaire Cruelty Free International, la marque a recueilli plus de 8 millions de signatures, apportées aux Nations Unies pour faire campagne en faveur de ce  changement.

Pour Maryam Ingar, la benjamine, il y a « plein de messages de positivité » derrière cette marque qui aide la femme à s’épanouir. Et, un des points forts reste les initiatives de campagnes militantes. Présente dans 73 pays, la marque prône l’autonomisation des femmes, tout en étant le premier détaillant de cosmétiques à mettre en œuvre un programme dédié au commerce équitable.

Maryam et Sarah ont su conjuguer leur vie privée et leur vie professionnelle en gardant ce rayonnement

Maryam intervient en expliquant que la marque oscille autour de la femme et de son bien-être et que son émancipation reste également un sujet primordial. « Il faut oser et on abordera le thème des règles en brisant certains clivages. Il y aura dans ce sens d’autres opérations régulières avec d’autres thèmes abordés pour la St.Valentin, la fête des Mères », précise-t-elle. Maryam et Sarah Ingar ne sont pas que deux habiles femmes entrepreneurs, mais elles veulent aussi dans la quête du beau permettre à la femme de se sentir femme dans tout son être. Les produits ne sont qu’un substitut pour aider la femme à être en harmonie avec son corps en utilisant des produits neutres qui aident à l’équilibre de la peau dans son ensemble.

Contre les violations des droits de l’homme

Dans la mise en place de la première boutique The Body Shop à Maurice, il y a d’abord eu la vision de Daoud et Catherine Ingar, qui ont su mener avec brio la marque de cosmétiques Mado Parfums. « Au départ, c’est notre grand-mère maternelle qui a vu en Mado, le bon filon et qui a transmis cette passion à mon père et à son frère », dira Maryam. Dans la famille Ingar, il n’y a que deux filles. Elles sont belles et éduquées : Sarah, 39 ans, l’aînée ayant fait carrière comme avocate, et Maryam, 36 ans, dans le commercial. L’aînée est née en France et la cadette à La Réunion, mais elles ont toutes deux grandi dans un premier temps à La Réunion avant de s’exiler en France et revenir s’installer avec leurs maris et enfants à Maurice.

« The Body Shop est né d’une envie de nos parents installés depuis 25 ans à Maurice et qui voulaient  renouveler le marché du cosmétique à Maurice en diversifiant l’offre de Mado Parfums. Sarah et moi avions cherché dans un premier temps des marques cosmétiques avant d’opter pour The Body Shop. On a beaucoup réfléchi, voire longtemps tergiversé, car notre recherche dans un premier temps était basée sur les “make-up” les plus reconnus, et puis, le déclic s’est fait naturellement à Paris devant l’enseigne The Body Shop », lance Maryam.

Sarah Ingar abonde dans le même sens en parlant de senteurs exotiques, des notes aux couleurs acidulées et alliées à la marque qui a conquis les Mauriciens, et ce dès le premier jour du lancement. « C’est une marque qui reste dans le sillage de la douceur, qui met de bonne humeur et qui se décline sous différents produits. Nous avions patienté trois ans avant de pouvoir obtenir cette franchise exclusive à Maurice », indique-t-elle.

Dès son ouverture le 10 décembre 2019, The Body Shop a accueilli plus de 1 000 clients, et, au mois d’avril de cette année, une deuxième boutique du  même genre sera ouverte. Mais pour l’instant, les deux sœurs laissent planer le rêve. C’est certain que la marque accroche à Maurice et, rien que sur la page Facebook, on peut voir qu’il y a beaucoup de demandes pour les soins du corps, comme le beurre de karité pour le corps, l’huile d’arbre, shampooing antipelliculaire au gingembre et masque facial au charbon de bois de l’Himalaya préféré pour les soins de la peau, des produits à base de thé également.

La marque The Body Shop a été la pionnière de la philosophie selon laquelle l’entreprise peut être une force du bien et du mal et qui est née en 1976, grâce à l’idée créatrice d’une activiste nommée Anita Roddick.  Sa mission première étant de se servir de ses produits comme « pour s’exprimer sur l’environnement et les droits de l’homme ». Sarah Ingar poursuit : « Les années passant, la marque a mené des campagnes contre les violations des droits de l’homme, protégeant les animaux et la santé publique. » 

Se servant de cette force, Sarah et Maryam veulent à leur tour voir leur boutique s’engager dans les projets des femmes mauriciennes. Sarah Ingar d’ajouter :  « On est avant tout une entreprise familiale et on veut défendre les causes qui sont propres à la femme. On veut que les femmes osent parler, faire entendre leur voix sur des sujets qui les préoccupent. Dès la fin du mois de février, il y aura des opérations de ce style sur des bases régulières, et même une sorte de carnet de route pour permettre aux femmes de se rencontrer autour des événements clés. Il y aura des cartes de fidélités, des “gift surprise”, des récompenses pour la meilleure cliente. » 

Maryam, qui a eu la chance de travailler pour de grandes entreprises comme L’Oréal, Clarins en France, cette mère de trois enfants trouve que, pour concilier le métier de femme entrepreneur et de maman, il faut aussi savoir faire de bons choix dans la vie. Sarah, mère de deux enfants qui a eu une carrière d’avocate  pendant une dizaine d’années et dont le mari exerce le même métier, a également décidé de tout plaquer pour rentrer à Maurice et travailler dans l’entreprise familiale.

« Maurice, c’est le soleil, une source d’énergie et de plénitude et le choix d’une telle orientation est aussi pour pouvoir créer de jolis souvenirs à nos enfants. Nos parents aussi ont fait le choix de tout plaquer. Mon père était médecin généraliste et ma mère enseignante en français et latin. Ils ont trouvé leur bonheur dans la parfumerie. Mado est une marque réunionnaise qui a su ravir les Mauriciens. Pour les hommes, les parfums Sauvage, Bleu de Chanel et pour les femmes, l’éternel J’adore de Dior, et  actuellement Gabriel. Aujourd’hui avec The Body Shop, le groupe familial Mado apporte une nouvelle offre cosmétique et poursuit sa stratégie pour développer le marché de la beauté à Maurice », explique-t-elle.

Comme projet, la boutique mettra en avant d’autres choix de produits axés autour des coffrets de “skincare”. Évidemment, les deux sœurs se concentrent aussi sur la campagne internationale de The Body Shop où elles comptent solliciter l’aide des Ongs dans des domaines comme la violence conjugale, l’artisanat comme pour faire revivre les métiers d’antan. Sarah de préciser : « The Body Shop mène deux projets par an, ce sont des campagnes internationales. Nous, notre projet abondera dans le même sens, mais sera axé sur le côté local. On est dans l’ensemble très contentes des réactions de nos clients qui ont été depuis le lancement de la boutique très réceptifs envers nos produits. » 

Le lancement d’un e-commerce est aussi prévu, car la vente en ligne comme, l’explique Maryam Ingar, est aussi un « grand atout » pour faire découvrir les projets. « On emploie aussi beaucoup de femmes », dit-elle. Quant à Sarah Ingar, elle précise que The Body Shop est comme un prolongement du travail de Mado Parfums. « On est toujours à l’affût du beau en tendances cosmétiques pour les clientes et toujours en quête d’innovations, de nouveautés. On est surtout deux femmes, deux sœurs heureuses d’apporter nos compétences et de nous mettre au service de la femme mauricienne. On est surtout à l’écoute des femmes », dit-elle. À noter que Maurice devient le 73e marché mondial de The Body Shop.