La revalorisation du Château Val Ory à Moka figurait hier à l’agenda d’une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères, Anil Gayan, et l’ambassadeur iranien accrédité à Maurice, Mohammad Moniri Nik. Nos deux pays se montrent très enthousiastes à  revaloriser un patrimoine appartenant à l’État iranien. Ce château, riche en histoire, pourra ainsi être reconverti en un haut lieu pour le riche héritage culturel de l’Iran.
Plusieurs pistes potentielles de coopération ont été discutées hier, notamment au niveau des échanges commerciaux et économiques, de la culture, du tourisme et de l’éducation. Le chef de la diplomatie mauricienne a rappelé « les liens politiques et d’amitié » qui lient Maurice et l’Iran. Nos deux pays sont membres du Mouvement des non-alignés, de l’Indian Ocean Rim Association et du G70. Le ministre soutient que Maurice a toujours été en faveur du dialogue pour que l’Iran et ses voisins puissent maintenir une bonne entente et favoriser les conditions nécessaires pour assurer la paix et la stabilité dans leur région. « Nous souhaitons que des pays frères puissent vivre en harmonie et contribuer à promouvoir la paix dans la région, mais aussi dans le monde entier », a dit le ministre.
Maurice et l’Iran envisagent dorénavant une coopération encore plus affermie sur le plan économique. Vishnu Lutchmeenaraidoo a souhaité un rapprochement entre les opérateurs mauriciens et iraniens, notamment par le biais des chambres de commerce de nos deux pays, « en vue d’explorer les opportunités d’affaires ». Le ministre a aussi fait état des possibilités de coopération dans la filière du “bunkering” maritime et dans le secteur de l’énergie.
Un groupe de travail a par ailleurs été institué au niveau du ministère des Affaires pour travailler conjointement avec la mission diplomatique iranienne en vue de faire avancer les nouveaux dossiers de coopération. Ceux-ci incluent, entre autres, le tourisme et les échanges sur le plan de l’éducation. 
Mohammad Moniri Nik a, de son côté, expliqué la vision du gouvernement iranien de développer une nouvelle ère de coopération avec le continent africain. « Nous concevons Maurice comme un pont vers l’Afrique et nous souhaitons renforcer nos échanges avec votre pays », a-t-il dit.