Innodis a réalisé des profits après-impôt de Rs 95,6 millions pour la période juillet-décembre 2015, comparativement à Rs 8,3 millions pour la même période de 2014. La croissance soutenue du groupe est source de satisfaction pour la direction.
Pour le semestre se terminant au 31 décembre dernier, Innodis a vu son chiffre d’affaires grimper légèrement (de Rs 2,28 milliards à Rs 2,31 milliards) mais les profits opérationnels ont enregistré une augmentation plus élevée, passant de Rs 104,4 millions à Rs 160,1 millions. Pour la direction, les ventes de fin d’année ont contribué à ces résultats positifs. « Il faut souligner que les ventes ont été assez laborieuses au début du mois de décembre, mais durant les deux dernières semaines de l’année, nous nous sommes bien rattrapés. Je dois saluer toute l’équipe  d’Innodis car nous étions bien préparés pour le pic de la consommation en fin d’année, que ce soit au niveau des stocks ou de la logistique », explique Jean How Hong, Chief Executive Officer (CEO) du groupe.
Toutefois, la direction d’Innodis estime que l’environnement économique demeure difficile. Ces derniers mois, indique-t-elle, l’appréciation du dollar américain a influé sur le prix des produits importés, une situation ayant pesé quelque peu sur la consommation durant le semestre se terminant en décembre 2015.
Par ailleurs, on observe que le dollar américain s’est également considérablement apprécié vis-à-vis du metical, la monnaie du Mozambique, où Innodis gère une activité de production de poulets. Cette appréciation a fait grimper le prix du poulet importé dans ce pays avec, pour conséquence, une meilleure compétitivité du poulet local produit par Innodis.
Le groupe a par ailleurs accentué sa participation dans sa filiale mozambicaine, en augmentant son actionnariat de 50,1% à 75%. Son partenaire, Irvine’s, reste comme actionnaire minoritaire. L’objectif d’Innodis est d’accroître graduellement sa production afin de devenir à terme un acteur majeur de l’industrie du poulet au Mozambique.