Les badistes mauriciens ont connu assurément des temps durs à Glasgow lors de leur participation aux récents Jeux du Commonwealth. Mais ils en ont aussi profité pour gagner en expérience, dit Sahir Edoo, qui fait figure d’ancien au sein de la sélection nationale. C’est le seul point positif qu’il peut retenir de leur confrontation avec des pays phares du badmiton mondial.
« Au bout du compte, nous sommes gagnants. Ce frottement nous a été bénéfique, nous qui ne sommes habitués qu’au niveau continental et régional avec notamment les Jeux des îles », avance-t-il. Quatrième et dernière de sa poule dans le tournoi par équipes mixtes derrière l’Angleterre, l’Irlande du Nord et Jersey, Maurice s’est contentée d’une seule victoire sur l’intégralité des 15 matches qu’elle a enchaînés en trois sorties à l’Emirates Arena de Glasgow.
Face à l’Irlande, en effet, la paire de double mixte composée de Kate Foo Kune-Aatish Lubah arracha une victoire 2-1. « Nous sommes tombés dans un groupe qui était l’un des plus relevés. De plus, l’équipe de Jersey n’était qu’une mauvaise surprise puisqu’elle était composée d’ex-éléments de la sélection anglaise. Mais contre l’Irlande et même l’Angleterre, nous avons réalisé des scores plutôt acceptables sans se faire écraser, ni ridiculiser. Ils ont fait la différence par le simple fait d’être techniquement supérieurs et d’évoluer à domicile dans un environnement de haut niveau face à des amateurs », analyse-t-il.     
Le tournoi individuel ne put que révéler de manière plus frappante la différence de niveau prévalant entre les petites et grandes nations du badminton mondial. Reste que l’on retient que Maurice a pu se hisser en 8es de finale du simple dames par l’entremise de Yeldy Louison. Elle a atteint le 3e tour en venant tour à tour à bout de la Ghanéenne Stella Amasah 21-14, 21-14, puis de la n°1 des Seychelles, Allisen Camille 15-21, 21-14, 21-19, avant de sombrer face à l’Écossaise Kirsty Gilmour, classée n02 du tableau. « Cette victoire contre la Seychelloise est de bon augure à une année des Jeux des îles. Mais contre l’Écossaise, elle n’avait aucune chance », concède Sahir Edoo, lui-même éliminé au 2e tour du simple hommes 21-11, 21-6 par le n°1 Anglais, Rajiv Ouseph, classé dans le top 20 mondial.
« Dans l’ensemble ce fut une bonne expérience. Les autres joueurs n’ont pas eu la même chance que nous en tombant d’entrée contre des colosses, que ce soit en double hommes, double dames et double mixte. »
Maurice aligna une paire de double hommes (Aatish Lubah-Julien Paul), une de double dames (Foo Kune-Louison) et trois paires de mixte (Edoo-Louison, Foo Kune-Paul et Nicki Chan Lam-Lubah). En double mixte, elle chuta d’entrée contre des géants asiatiques et en double hommes elle s’imposait au 1er tour face à une paire de St Helena, avant de sombrer en deux sets contre des Singapouriens éventuels finalistes. En double dames, les Sud-Africaines Jennifer Fry et Sandra Legrange l’emportèrent d’entrée 2-0 au terme d’un duel très serré.